Algérie
Algérie : Rabah Madjer, départ imminent
Seulement 8 mois après sa nomination, le sélectionneur de l’Algérie Rabah Madjer va être limogé ce dimanche. Le ministre de la Jeunesse et des Sports algérien, Mohamed Hattab, a vendu la mèche samedi.

"On veut mon départ pour une défaite en amical, c’est du jamais vu !" En début de mois, le sélectionneur de l’Algérie Rabah Madjer s’indignait de sa situation. Mais un nouveau revers, toujours en amical (un lourd 0-3 face au Portugal), est passé par là et n’a fait que fragiliser sa situation. Si bien que le scénario tant redouté par le technicien va se produire au cours des prochaines heures avec l’annonce imminente de son limogeage à l’issue du bureau fédéral de la Fédération algérienne (FAF). Le ministre de la Jeunesse et des Sports algérien, Mohamed Hattab, a vendu la mèche en parlant de Madjer au passé dès samedi.

"C’est un ancien grand joueur, une icône du football mais en ce qui concerne l’entraînement, ça ne lui a pas réussi. (…) C’était un devoir de prendre une telle décision car il s’agit de l’équipe nationale", a fait savoir le dirigeant dans des propos rapportés par Dzfoot depuis l’Espagne où il assiste aux Jeux Méditerranéens. Nommé en octobre 2017, le technicien n’aura pas fait long feu. Avec son départ, l’instabilité se poursuit sur le banc des Fennecs. Milovan Rajevac, Georges Leekens, Lucas Alcaraz et désormais Madjer : la FAF va remercier son 4e sélectionneur en moins de deux ans…

Tous les voyants au rouge

L’avenir de l’homme à la talonnade était de toute façon condamné depuis plusieurs semaines. D’abord à cause de son bilan comptable qui ne plaide pas en sa faveur avec deux victoires, un match nul (finalement gagné sur tapis vert) et trois défaites consécutives (4 en prenant en compte la sélection A’). Auteur de choix parfois déroutants, le technicien ne semblait plus avoir le soutien de la majeure partie de son groupe, qui doutait de ses méthodes. Madjer était aussi en froid avec Raïs M’Bolhi et Sofiane Feghouli, longtemps zappés et dont les retours en juin ont été avortés, et plus récemment avec Riyad Mahrez et Saphir Taïder.

De son côté, le public algérien avait clairement pris position en réclamant le retour de Vahid Halilhodžić à l’occasion du dernier match à domicile. En guerre ouverte avec les médias qu’il accusait de "machination" et lâché par la plupart des dirigeants, le sélectionneur conservait le soutien de façade de la FAF. Mais sous la pression, l’instance a préféré arrêter les frais et mettre un terme à ce 3e passage de l’ancien buteur sur le banc de la sélection. Tant pis pour ses projets sur le long terme…


Copyright © Tous droits réservés. Les informations publiées sur Afrik-Foot ne peuvent être reprises, diffusées, réécrites, ou redistribuées sans l'autorisation notifiée de la rédaction ou partenariat pré-établi. Tout contrevenant s'expose à des poursuites.


Algérie

 
en bref

zoom


lire aussi

recherche