dossier : Pékin 2008

Chine - Pan Afrique - Athlétisme - Boxe - Natation
L’Afrique remporte 40 médailles aux JO 2008
Le sacre du Kenya et de l’Ethiopie
L’heure du bilan a sonné au moment de la clôture des Olympiades 2008 de Pékin. Pour l’Afrique, le palmarès est plus qu’honorable, avec 40 médailles dont 12 en or. Un mieux par rapport à l’édition 2004, en dépit de quelques déceptions. Comme toujours, le Kenya et l’Ethiopie caracolent en tête des classements, suivis de nouveaux venus dans le monde des récompensés olympiques. Bilan.

Sur ses 53 nations prétendant à un titre, l’Afrique a placé 13 pays sur les marches des podiums lors des XXIXème Jeux Olympiques, qui se sont achevés dimanche à Pékin. Avec un total de 40 médailles, le continent fait mieux que les deux précédentes éditions des Jeux d’été, puisque son bilan final à Sydney (2000) et à Athènes (2004) s’élevait à 35 médailles. Cette année, 12 récompenses sont en or, 14 en argent et 14 en bronze. Un succès dû en grande partie aux performances des sportifs en athlétisme, la discipline de prédilection des athlètes africains, qui leur permet de remporter 28 médailles dont 10 en or.

Le Kenya s’impose, talonné par l’Ethiopie

Les athlètes Kenyans ont largement contribué au succès africain, en se classant à la 15ème place du classement toutes nations confondues. Une remontée fulgurante pour ce pays qui n’était qu’en 41ème position en 2004. Il totalise 14 récompenses dont 5 en or, 5 en argent et 4 en bronze, ce qui constitue le meilleur total de son histoire olympique.

JPEG - 10.4 ko
Brimin Kipruto

Les Kenyans se sont particulièrement illustrés dans deux courses d’athlétisme, le fond et le demi-fond. La performance de Brimin Kipruto au 3 000 mètres steeple a époustouflé l’assistance, imposant le coureur sur la première marche du podium. Pamela Jelimo ainsi que Janeth Jepkosqei, deux coureuses kenyanes reconnues comme valeurs sûres ont satisfait aux attentes en remportant respectivement l’or et l’argent au 800 mètres dames.

JPEG - 9.8 ko
Kenenisa Bekele

Sur les 28 médailles remportées par l’Afrique en athlétisme, l’Ethiopie et le Kenya s’en partagent 19. Les Ethiopiens Kenenisa Bekele et Tirunesh Dibaba ont remporté chacun un doublé au 10 000 et 5 000 mètres, ce qui a contribué à assurer à l’Ethiopie la 18ème place parmi toutes les nations au classement final, avec 6 médailles. Il n’en demeure pas moins que les performances du pays semblent stagner voire ralentir en regard des années précédentes.

Des surprises et des déceptions

JPEG - 9.3 ko
Kirsty Coventry

Au tableau des performances africaines, le Zimbabwe remporte 1 médaille d’or et 3 d’argent, toutes dues aux talents de la nageuse Kirsty Coventry. Au passage, elle pulvérise également le record du monde du 200 mètres dos. Le Zimbabwe se classe ainsi à la 3ème place des nations africaines et à la 38ème place internationale, devant le Cameroun, 4ème pays africain et 52ème au classement général, ex-æquo avec la Tunisie. La Camerounaise Françoise Mbango remporte la médaille d’or en triple saut pour la deuxième fois consécutive. En Judo, l’Algérie (deux médailles) et l’Egypte créent la surprise. En football également, les trois nations africaines retenues passent toutes le stade des qualifications et le Nigeria se distingue en remportant l’argent face à l’Argentine, détentrice de la première place pour la deuxième année consécutive.

JPEG - 7.1 ko
Françoise Mbango

Pékin a aussi été l’occasion, pour plusieurs pays du continent, de faire leur entrée dans le monde sélect des médaillés. Ainsi Maurice (boxe), le Soudan (athlétisme), la Tunisie (natation) et le Togo (canoë) ont cette année remporté leurs premiers titres olympiques, assurant la relève et rééquilibrant le palmarès avec les pays ou les disciplines qui n’ont pas tenu leurs promesses. C’est le cas par exemple pour la boxe, où l’on attendait une forte représentation de l’Afrique en haut des podiums. Au final, une seule médaille, le bronze pour le Mauricien Bruno Julie. C’est le cas aussi pour les sports collectifs où le basketball, le volleyball et le handball ont été des échecs puisqu’aucune équipe n’a accédé au podium. C’est le cas encore de l’Afrique du Sud, qui s’en sort avec une unique médaille, la deuxième place du saut en longueur. A Athènes en 2004, la nation arc-en-ciel figurait pourtant sur les marches de 6 podiums.

Réduire l’écart

Les 900 athlètes venus des 53 pays africains présents aux JO de Pékin sont rentrés, dimanche, fiers et satisfaits de leurs performances. Bien loin, certes, des 110 médailles américaines – dont 36 en or. Plus loin encore, des grands champions de l’organisation comme de la récolte de titres : les Chinois, qui concluent leurs Jeux avec 100 titres dont 51 dorés.

Ce qui fait le plus défaut aux athlètes Africains n’est cependant pas le talent, l’envie ou la motivation – preuve en a été faite ces dernières semaines en Chine – mais bien le manque d’argent et de moyens pour les emmener jusqu’au sommet. Si la donne change aux cours des prochaines années et que les investissements dans le sport deviennent plus conséquents, il y a fort à parier que les équipes Africaines nous réservent encore de belles surprises. Rendez-vous en 2012...


Copyright © Tous droits réservés. Les informations publiées sur Afrik-Foot ne peuvent être reprises, diffusées, réécrites, ou redistribuées sans l'autorisation notifiée de la rédaction ou partenariat pré-établi. Tout contrevenant s'expose à des poursuites.


Chine

dossier : Pékin 2008




 
en bref

zoom



lire aussi

newsletter
 

recherche