France - Tunisie
Marseillaise sifflée : les stades seront bientôt évacués
Les matchs seront arrêtés en cas de sifflets, annonce la ministre de la jeunesse et des sports
Une partie du public a sifflé l’hymne national français mardi à l’ouverture du match amical France – Tunisie au Stade de France. Alors que la justice s’est lancée à la recherche des coupables, une vive polémique s’est emparée du monde politique. La ministre de la jeunesse et des sports a laissé entendre qu’en cas de nouvel incident, le match sera arrêté. Une mesure que certains jugent irréaliste.

Vive émotion au sein de la population française, après les sifflets de mardi contre l’hymne national, lors du match amical Tunisie-France. 80% des français se disent choqués par l’incident, selon un sondage CSA paru jeudi dans Le Parisien. Mardi au stade de France, une partie du public que l’on soupçonne être d’origine maghrébine avait fortement sifflé l’hymne nationale française, chanté par la franco-tunisienne Lââm.

Avalanche de réactions

Mercredi soir, le parquet de Bobigny en Seine-Saint-Denis (93) a ouvert une enquête préliminaire pour outrage à l’hymne national. Le matin sur RTL, le Premier ministre François Fillon, avait donné le ton, en déclarant qu’il « faut interrompre les matchs quand les hymnes nationaux quels qu’ils soient sont sifflés. C’est un manque de considération, de respect pour toute une nation » Nicolas Sarkozy de son côté convoquera à l’Elysée dans la journée Jean Pierre Escalette le président de la fédération française de Football, Roselyne Bachelot, la ministre de la jeunesse et des sport et Bernard Laporte, secrétaire d’Etat aux sports.

Une rencontre qui a débouché sur plusieurs mesures. Roselyne Bachelot ainsi annoncé que "tout match où notre hymne national sera sifflé, sera immédiatement arrêté. Et les membres du gouvernement quitteront l’enceinte sportive ». Par ailleurs a-t-elle ajouté, "tous les matches amicaux avec le pays concerné seront suspendus pendant un délai qui restera à fixer par le président de la Fédération française de football". Pour Bernard Laporte, les matchs opposant la France à des pays du Maghreb ne devraient plus se jouer au stade de France. Le Secrétaire d’Etat aux sports souhaite que ces rencontres aient désormais lieu dans d’autres stades français, ou chez l’adversaire. « Il faut jouer contre eux (...) mais on va aller jouer chez eux ou alors jouer peut-être ces matches-là en province (…) » a déclaré le Secrétaire d’Etat sur RMC. Et de poursuivre : « les 30 000 Tunisiens qui sont de la banlieue parisienne, si le match est à Carcassonne ou à Biarritz, ils n’iront pas voir le match". Car estime Bernard Laporte, "on aura un public sain".

Mesures irréalistes

Ces mesures et suggestions n’ont pas manqué de susciter critiques et interrogations. Notamment au Parti socialiste où l’on a toutefois condamné les sifflets contre la Marseillaise. Ainsi François Hollande estime que Bernard Laporte stigmatise les pays du Maghreb et doit s’excuser pour cela. De son côté Ségolène Royale la présidente du Conseil régional du Poitou Charente juge irréaliste la mesure d’évacuer un stade, et plaide pour l’éducation civique. Le député PS Claude Bartolone suggère de son côté que l’hymne national ne soit plus joué avant les matchs internationaux qui, pense-t-il sont aujourd’hui plus liés à des activités commerciales qu’aux rencontres entre Etats.

Lire aussi :

- Les Maghrébins sont-ils allergiques à La Marseillaise ?
- La France domine la Tunisie 3 buts à 1
- France-Tunisie, le match d’Hatem Ben Arfa


Copyright © Tous droits réservés. Les informations publiées sur Afrik-Foot ne peuvent être reprises, diffusées, réécrites, ou redistribuées sans l'autorisation notifiée de la rédaction ou partenariat pré-établi. Tout contrevenant s'expose à des poursuites.


France




 
en bref

zoom



lire aussi

recherche