Burkina Faso - Gambie
Le Burkina Faso se réconcilie avec son public
CAN 2012 : Le Burkina domine la Gambie 3 à 1
Honteusement éliminés de la CAN angolaise, les Étalons du Burkina Faso, pour leur premier match des éliminatoires de la CAN 2012, tenaient à se racheter auprès de leur public. Opération réussie. Face aux Scorpions Gambiens, ils n’ont pas eu à forcer leurs talents, malgré l’absence de Jonathan Pitroïpa, leur maître à jouer.

De notre correspondant

Tout était réuni pour que ce Burkina-Gambie soit des moins spectaculaires. Jonathan Pitroïpa forfait, Habib Bamogo blessé après seulement un quart d’heure de jeu et une Gambie venue jouer la défensive à outrance.

Mais, pour cette rencontre, le beau jeu a importé peu. Seuls comptaient les 3 points de la victoire. Très rapidement, les Burkinabè prennent la mesure de leurs adversaires. Retranchés dans leur camp, les Scorpions optent pour les contre-attaques, laissant l’initiative aux locaux. Coups sur coup, Moumouni Dagano (4e, 6e et 11e) passe à côté de l’ouverture du score. À force de subir la pression des Étalons, les Gambiens multiplient les erreurs défensives. Profitant d’une mauvaise relance des Gambiens à la 16e minute, Paul Koulibaly, le latéral gauche burkinabè se saisit de la balle et sert Moumouni Dagano au cœur de la défense gambienne. D’un crochet, le goleador burkinabè se défait de trois de ses gardes du corps et bat facilement le gardien gambien. 1-0.

Ce but ne va cependant pas donner plus de piquant à la rencontre. Les Gambiens impriment un faux rythme et réussissent ainsi à couper la jonction entre le milieu et la ligne d’attaque des Étalons. Dès lors, les Etalons multiplient les maladresses au point de se faire rejoindre au score à la minute de jeu n’eût été la maladresse de Sainey Nyassi.

Une deuxième partie d’enfer

Nullement satisfait de cette première période insipide, Paolo Duarte, profite de la pause pour tancer ses hommes. Le discours semble produire ses effets. Investis de la lourde mission de l’animation offensive, l’Auxerrois Sibiri Alain Traoré et Wilfried Sanou d’Urawa Reds (Japon) décident de prendre les Gambiens à la gorge.

Dès l’entame, Wilfried Sanou déboule sur le flanc droit de la défense gambienne et allume la première mèche. Petit filet. Il est imité par Madi Panandétiguiri sur le côté droit. La pression burkinabè se fait de plus en plus forte. Wilfried Sanou continue son entreprise de sape en donnant le tournis aux défenseurs gambiens. Le deuxième but est proche.

À la 57e minute, Wilfried Balima reprend d’une tête piquée un excellent centre de Charles Kaboré. 2-0, les Gambiens sont sonnés. Les 30 000 spectateurs burkinabè acclament les leurs qui accélèrent dès lors le jeu. A commencer par Moumouni Dagano qui touche le montant gauche de Touray à la 62e minute.

Auteur d’une prestation de haut vol, Charles Kaboré, maître de l’entre-jeu burkinabè, y va de son but à la 68e minute. D’un crochet extérieur du gauche, à l’entrée de la surface de réparation gambienne, le Marseillais s’ouvre un champ de tir et, d’une frappe lourde des 22 mètres, il expédie le ballon au fond des filets de Touray. 3 à 0.

Croyant le match plié, les Burkinabè jouent facile et laisse des espaces aux Gambiens qui en profitent. À la 74e minute, seul dans la défense burkinabè, Omar Jawo reprend un corner de la tête. 3 à 1. La réduction du score ragaillardi les Scorpions qui manquent de peu le deuxième but à la 81e minute. Le score n’évoluera pas.

Sans être extraordinaires, les Étalons ont assuré l’essentiel. Quant aux Gambiens, ils pourront regretter de n’avoir pas joué sur leurs valeurs propres. Le Burkina de ce week-end n’était pas un foudre de guerre mais, au classement du groupe F, il prend la tête avec trois points. En mars, Charles Kaboré et ses coéquipiers joueront une double confrontation décisive contre la Namibie.


Copyright © Tous droits réservés. Les informations publiées sur Afrik-Foot ne peuvent être reprises, diffusées, réécrites, ou redistribuées sans l'autorisation notifiée de la rédaction ou partenariat pré-établi. Tout contrevenant s'expose à des poursuites.


Burkina Faso




 
en bref

zoom



lire aussi

newsletter
 

recherche
 

l'actu d'afrik.com