Cameroun
Cameroun : pas de sanction pour Clinton Njie
Arrivé en retard et soupçonné d’avoir fait monter deux filles dans sa chambre d’hôtel au cours du rassemblement de la sélection camerounaise en mai dernier, l’attaquant de l’OM Clinton Njie ne sera pas sanctionné par sa Fédération.

Sommé de s’expliquer par la Fédération camerounaise (Fecafoot) en raison de deux supposés écarts survenus lors du rassemblement des Lions Indomptables en mai dernier, Clinton Njie ne sera pas sanctionné a annoncé la Fecafoot mardi.

"Le joueur s’est longuement expliqué sur les accusations portées à son encontre, notamment la présence de filles dans sa chambre d’hôtel pendant le regroupement des Lions. Ses explications claires et précises ont été entendues par le Comité de Normalisation. Monsieur Clinton Njie est également revenu sur le retard observé lors de son arrivée sur le lieu du stage et a reconnu sa faute à l’égard de ses coéquipiers et de l’ensemble du groupe", a précisé l’instance dans un communiqué.

Des excuses et des actions pour la jeunesse

"Dans les deux cas, et dans l’esprit de réconciliation qui prévaut actuellement au sein de la tanière, les éléments portés par le Lion indomptable Clinton Njie ont été jugés suffisamment responsables par le Comité de Normalisation pour ne pas donner lieu à l’ouverture d’une procédure disciplinaire à l’encontre du joueur", a ajouté la Fecafoot.

En guise de sa bonne foi, l’attaquant de l’OM s’est toutefois engagé à présenter ses excuses à ses coéquipiers et au staff technique ainsi qu’à participer à des événements destinés à contribuer au développement du football chez les jeunes. De son côté, l’ancien Lyonnais s’était publiquement défendu en évoquant "un malentendu ou une confusion". Pour rappel, le Marseillais ne faisait pas partie de la première liste du nouveau sélectionneur Clarence Seedorf, sans forcément que son absence soit due à cette affaire.


Copyright © Tous droits réservés. Les informations publiées sur Afrik-Foot ne peuvent être reprises, diffusées, réécrites, ou redistribuées sans l'autorisation notifiée de la rédaction ou partenariat pré-établi. Tout contrevenant s'expose à des poursuites.


Cameroun

news

 
en bref

zoom


lire aussi

recherche