Afrique du Sud - Egypte
CAN 2019 : Afrique du Sud ou Egypte ? Comparatif à quelques heures du verdict
Le comité exécutif de la Confédération africaine de football (CAF) se réunit ce mardi à partir de 8H30 GMT pour déterminer qui de l’Afrique du Sud ou de l’Egypte va remplacer le Cameroun en tant que pays-hôte de la CAN 2019 (15 juin-13 juillet).

Près de cinq ans après avoir attribué l’organisation de la CAN 2019 au Cameroun, la Confédération africaine de football (CAF) va à nouveau se réunir en comité exécutif ce mardi pour désigner un nouveau pays-hôte qui remplacera le pays des Lions Indomptables. Celui-ci a perdu l’organisation du tournoi le 30 novembre dernier en raison de retards dans les travaux. Suite à cette décision de la CAF, qui a ouvert une boîte de Pandore avec un glissement de calendrier sur 3 éditions, un nouvel appel à candidatures a été lancé et deux pays ont postulé : l’Afrique du Sud et l’Egypte. C’est entre ces deux candidats que le comité exécutif de la CAF tranchera lors de sa réunion qui débutera à 8H30 GMT à l’hôtel du Terrou-Bi à Dakar, au Sénégal.

L’Afrique du Sud, pompier de service habituel mais fauché

Difficile de savoir qui aura les faveurs de l’instance dans la mesure où les deux pays se présentent avec des forces certaines mais aussi des faiblesses importantes pour accueillir cette première CAN à 24 équipes du 15 juin au 13 juillet prochains. D’un côté, on retrouve l’Afrique du Sud, seul pays du continent à avoir accueilli la Coupe du monde, et dont les capacités d’organisation ne sont plus à démontrer puisque les Bafana Bafana ont déjà joué les pompiers de service pour accueillir les CAN 1996 et 2013.

En revanche, le coût de l’organisation de la CAN, estimé à 10 millions de dollars, représente un vrai sujet d’inquiétude pour la Rainbow Nation, en difficulté financière, et le gouvernement sud-africain ne s’est pas risqué à promettre un soutien clair et net à la Fédération de football (SAFA). Autre handicap : le relatif manque d’engouement du public local pour le ballon rond, comme l’ont prouvé la CAN 2013 et le CHAN 2014 que le pays de Nelson Mandela a déjà abrités.

L’Egypte, une option séduisante mais risquée

En face, l’Egypte, qui a déjà accueilli 4 CAN (la dernière en 2006) se présente elle aussi avec un dossier très solide en termes d’infrastructures dont une douzaine de stades à plus de 20 000 places. D’après certaines indiscrétions, la candidature égyptienne comporterait cinq villes, Le Caire, Alexandrie, Suez, Port-Saïd et Ismaïlia, toutes proches géographiquement, ce qui éviterait de longs déplacements. L’ambiance dans les stades promet également d’être au rendez-vous.

En revanche, l’aspect sécuritaire pourrait inquiéter la CAF puisque le pays est régulièrement la cible d’attaques terroristes, même si la menace est globalement circonscrite à certaines zones (et puis sur ce point, l’Afsud ne rassure pas bien plus, avec un taux de criminalité parmi les plus élevés du monde). Le sélectionneur algérien, Djamel Belmadi, a quant à lui mis en avant les conditions climatiques, avec les fortes températures au pays des Pharaons à cette période de l’année, même si les Egyptiens se sont défendus en soulignant que la plupart des matchs auront lieu en soirée. Charge à la CAF de trancher entre ces deux dossiers.


Copyright © Tous droits réservés. Les informations publiées sur Afrik-Foot ne peuvent être reprises, diffusées, réécrites, ou redistribuées sans l'autorisation notifiée de la rédaction ou partenariat pré-établi. Tout contrevenant s'expose à des poursuites.


Afrique du Sud

news

 
en bref

zoom


lire aussi

recherche