Centrafrique - Congo - France - Tunisie
Comme Sylla et Mohsni, nés en France, ils vont enfin découvrir la Ligue 1
Jusqu’au vendredi 7 août, date de la reprise de la Ligue 1, Afrik-Foot vous propose sa sélection de joueurs qui pourraient se distinguer cette saison dans le championnat de France. A l’honneur du deuxième épisode ce mercredi, ces joueurs nés en France mais devenus internationaux dans leur pays d’origine avant même d’avoir goûté à la Ligue 1 de leur terre natale. Une "anomalie" qu’ils s’apprêtent à corriger cette saison.

- Mohsni, le patient anglais

La Ligue 1 sur le tard. Originaire des Ulis, en banlieue parisienne, le défenseur tunisien a longtemps arpenté les clubs amateurs de la région parisienne et … d’Auvergne, contraint d’arrondir les fins de mois avec un job d’animateur. Une rencontre va tout changer. Par l’intermédiaire d’un coéquipier, l’élancé Mohsni part faire un essai à Southend United, outre-Manche. Intéressé mais sans plus, le club lui offre tout de même un premier contrat pro.

Entre coups reçus (D4 anglaise oblige), coups de sang (une vilaine habitude), coups de poker (une saison à 13 buts en tant qu’attaquant) et coups du sort (son club se montre trop gourmand alors que Tottenham est intéressé ; sa signature à West Ham avorte au dernier moment), le défenseur galère toujours. Et songe à tout plaquer. Jusqu’à ce que les Glasgow Rangers le recrutent en 2013 et qu’il opte pour la sélection tunisienne un an plus tard. Laissé libre par les Rangers après un ultime coup de sang, le Tunisien tentera de rebondir à Angers. A 28 ans, le promu lui offre l’occasion de goûter à l’élite. Enfin.

- Yacouba Sylla pour combler le grand écart

Passer directement de la Ligue 2 à la Premier League. Un parcours peu commun. C’est pourtant celui emprunté par le milieu défensif de 24 ans, transféré du Clermont Foot à Aston Villa en janvier 2013. "C’est un écart énorme. Je pensais plutôt intégrer un effectif de Ligue 1, et j’ai finalement sauté les étapes en intégrant une équipe de Premier League", concédait alors Yacouba Sylla, assurant ne nourrir aucune "amertume ou rancœur" à l’égard d’une Ligue 1 qui a tardé à déceler son potentiel.

N’étant pas parvenu à s’imposer chez les Villans (24 matches un et an et demi), l’Aigle a été prêté au Kayseri Erciyesspor la saison passée puis cédé à Rennes cet été. Voilà donc le natif d’Etampes (région parisienne) prêt à découvrir enfin une Ligue 1 qui lui a longtemps tourné le dos. Sauf que le retour s’effectue dans la peau d’un international malien qu’il est depuis mai 2013. Charge à lui de régner sur l’entrejeu breton pour enfin sortir Rennes d’un ventre mou dans lequel le club est englué depuis trois saisons.

- Syam Ben Youssef, prophète en son pays ?

Pour beaucoup de suiveurs de la Ligue 1, le nom de Syam Ben Youssef est apparu il y a un an. Avec l’Astra Giurgiu, le Tunisien a joué un mauvais tour à l’OL, éliminé en barrage d’Europa League. Annoncé dans le viseur de l’OM, Nice et Bordeaux, le défenseur central a pourtant passé une saison supplémentaire en Roumanie avant de rejoindre Caen, libre, fin juin.

Né à Marseille et formé à Bastia, l’Aigle de Carthage n’a pourtant jamais eu sa chance en France chez les professionnels. Pour s’imposer, Syam Ben Youssef a dû rejoindre la Tunisie, son pays d’origine. Une bonne première saison agrémentée d’un titre de champion et d’une finale de Ligue des champions avec l’Espérance de Tunis lui ont ouvert les portes de la sélection avant d’assister au triplé de ses coéquipiers depuis l’infirmerie la saison suivante. A 26 ans, le roc tunisien a "tout simplement envie de s’imposer" enfin en Ligue 1. Le challenge s’annonce excitant au sein d’une charnière centrale caennaise déjà dense.

- Amos Youga, pas vraiment comme une lettre à la poste

Recalé par l’OL en U13 puis par l’Education Nationale l’année du bac, Amos Youga (22 ans) n’a pas vraiment le parcours idéal. Né à Villeurbane, en banlieue lyonnaise, ce défenseur de formation a rapidement compris qu’il lui serait difficile de faire du ballon rond son gagne-pain. Amateur à Saint-Priest, il travaillait en parallèle comme postier il y a quatre ans encore. Avant de "monter d’années en années" : réserve de l’OL en 2011 puis Vannes (National) en 2013. Repositionné en milieu défensif, il se révèle.

Convoqué avec la sélection de Centrafrique, son pays d’origine, comme son frère ainé, Kelly, le jeune Amos flaire le bon coup et rejoint le Gazélec Ajaccio à l’été 2014. Cadre (32 matches, 2 buts) de l’épopée conclue par une montée parmi l’élite, le Fauve s’apprête maintenant à retrouver les Tolisso, Njie et autres Fekir qu’il a côtoyés chez les jeunes à l’OL. "On ne va pas dire que je reviens de loin, mais bon… En regardant en arrière, je trouve que j’ai réalisé un joli bout de chemin", constate-t-il.

- Bouka-Moutou, l’exemple à suivre

"Je ne devrais peut-être pas dire ça mais pour moi, il a tout pour jouer en Ligue 1", ancien coéquipier du Congolais, Jérémy Hénin avait vu juste dès décembre 2013. Pourtant, avant de rejoindre l’élite, Arnold Bouka Moutou a beaucoup douté. "Quand j’avais 18 ans, le SC Amiens était en Ligue 2 et j’ai passé deux ans à regarder les autres jouer. J’ai dû repartir plus bas pour avoir le droit à cette seconde chance. Et je ne compte pas la gâcher", lance-t-il.

Révélé en Ligue 2 avec Angers en 2013, l’offensif latéral gauche (26 ans) enchaîne depuis les étapes à vitesse grand V. Convoqué pour la première fois avec le Congo, son pays d’origine, où il n’avait encore jamais mis les pieds avant sa première cape, il y a un an, l’Angevin a enchaîné avec une CAN 2015 disputée en tant que titulaire, puis une montée en Ligue 1. A lui désormais de batailler pour conserver sa place dans le onze-type du promu. Avec des qualités bien à lui : vitesse, endurance, technique et "humilité", dixit son ex-coéquipier. "C’est un bon exemple pour les jeunes car ça n’a pas toujours été facile pour lui. Il a attendu longtemps avant de jouer mais il n’a jamais cédé", conclut son entraîneur adjoint, Serge Le Dizet.

- Et aussi :
Mohamed Larbi (28 ans), arrivé enfant en France et devenu international tunisien avant de goûter à l’élite qu’il va découvrir cette saison avec le Gazélec Ajaccio.
Romain Saiss (25 ans), international marocain (1 sélection), qui a signé à Angers et va avoir l’occasion de découvrir la Ligue 1 après avoir fait ses preuves à l’étage inférieur avec Clermont et Le Havre.

- Retrouvez également le premier épisode de notre feuilleton consacré aux revanchards de la Ligue 1.


Copyright © Tous droits réservés. Les informations publiées sur Afrik-Foot ne peuvent être reprises, diffusées, réécrites, ou redistribuées sans l’autorisation notifiée de la rédaction ou partenariat pré-établi. Tout contrevenant s’expose à des poursuites.




Copyright © Tous droits réservés. Les informations publiées sur Afrik-Foot ne peuvent être reprises, diffusées, réécrites, ou redistribuées sans l'autorisation notifiée de la rédaction ou partenariat pré-établi. Tout contrevenant s'expose à des poursuites.


Centrafrique




 
en bref

zoom



lire aussi

newsletter
 

recherche
 

l'actu d'afrik.com