Cameroun - Espagne
FC Barcelone : La descente aux enfers de Bagnack
Eloigné des terrains depuis près d’un an, Frank Bagnack a été mis à la porte de la réserve du FC Barcelone. Mais le jeune défenseur camerounais n’entend pas se laisser faire. Il a refusé de signer sa rupture de contrat et pourrait se tourner vers la justice.

Tout va très vite dans le football. Malgré ses 20 ans, Frank Bagnack en sait quelque chose. Présent parmi les 23 Camerounais qui ont participé à la CAN 2015 il y a un an, le désormais ex-défenseur central de la réserve du FC Barcelone se retrouve aujourd’hui au chômage. Le 27 décembre dernier, il s’est vu refuser l’accès à l’entraînement de la Masia pour la reprise.

Quelques jours plus tard, il a reçu une lettre de licenciement mettant fin à son contrat. Opéré d’une blessure à la cheville en mai dernier, le Lion Indomptable n’a plus joué depuis et il n’entre pas dans les plans de l’entraîneur de la réserve, Gerard Lopez. Le Barça assure même qu’avant la trêve, le technicien avait signifié à Bagnack qu’il ne comptait plus sur lui, s’étonnant donc de le retrouver à la reprise.

Lié avec le Barça jusqu’en juin 2017, Bagnack refuse cependant de signer sa lettre de licenciement avec les conditions fixées par le club. Plusieurs réunions ont eu lieu mais les deux parties ne parviennent toujours pas à un accord sur les modalités de la rupture de contrat. En cas de désaccord persistant, le Camerounais n’exclut pas de saisir la justice, indique le quotidien catalan Sport. Alors qu’il y était il y a un an encore, l’un des plus grands espoirs de la Masia au poste de défenseur, l’histoire entre le natif de Yaoundé et les Blaugrana pourrait bien s’achever en eau de boudin…


Copyright © Tous droits réservés. Les informations publiées sur Afrik-Foot ne peuvent être reprises, diffusées, réécrites, ou redistribuées sans l’autorisation notifiée de la rédaction ou partenariat pré-établi. Tout contrevenant s’expose à des poursuites.




Copyright © Tous droits réservés. Les informations publiées sur Afrik-Foot ne peuvent être reprises, diffusées, réécrites, ou redistribuées sans l'autorisation notifiée de la rédaction ou partenariat pré-établi. Tout contrevenant s'expose à des poursuites.


Cameroun




 
en bref

zoom



lire aussi

newsletter
 

recherche