Golfe arabo-persique - International - Corruption
FIFA : le rapport Garcia publié, mais...
A l’issue d’une semaine agitée, marquée par la démission de l’enquêteur Michael J. Garcia, la FIFA a lâché un peu de lest en acceptant de publier "sous forme appropriée" le rapport réalisé par son ex-superflic. Pas question en revanche de revenir sur l’attribution des Coupes du monde 2018 et 2022.

On peut voir le verre à moitié vide ou à moitié plein. Réuni à Marrakech au Maroc à l’occasion de la Coupe du monde des clubs, le comité exécutif de la FIFA a décidé vendredi de rendre public le fameux rapport Garcia sur les conditions d’attribution des Coupes du monde 2018 et 2022 respectivement à la Russie et au Qatar, alors que de forts soupçons de corruption pèsent sur les deux votes.

Si la décision du comité exécutif sonne comme un cruel désaveu pour le président de la FIFA, Sepp Blatter, farouchement opposé à toute publication, elle ne doit pas être surestimée : Le document de 430 pages ne sera pas accessible en intégralité puisque seule une "version sous forme appropriée" sera publiée.

"Le Mondial 2022 reste au Qatar sauf séisme"

Et pour avoir accès au document, il faudra patienter jusqu’au terme "des procédures en cours" contre cinq membres de la FIFA (dont Franz Beckenbauer, ancien membre du comité exécutif) concernant leurs comportements douteux lors de l’attribution des Mondiaux.

Dans le même temps, la FIFA reste droit dans ses bottes et réaffirme qu’elle ne reviendra pas sur l’attribution du Mondial 2018 à la Russie ni sur celle de l’édition 2022 au Qatar. "A l’heure actuelle, il n’y a pas de raison de revenir sur notre décision, il faudrait vraiment qu’il y ait un séisme et de nouveaux éléments très importants pour revenir sur l’attribution du Mondial 2022 au Qatar", a répété Sepp Blatter en conférence de presse. "La seule incertitude concerne le calendrier".

Garcia dénonce une interprétation biaisée

Mercredi, Michael J. Garcia, à l’origine du rapport, a démissionné de son poste de président de la chambre d’instruction de la commission d’éthique de la FIFA. En septembre, au terme de deux années d’enquête, il avait remis son rapport à Joachim Eckert, président de la chambre d’instruction, chargé de prendre les mesures qui s’imposent en se basant sur le document.

L’Allemand a réalisé une synthèse mettant en évidence des éléments douteux mais de "portée très limitée", insuffisants pour réattribuer les deux Mondiaux suspectés. Cette lecture a indigné Michael J. Garcia qui a dénoncé "des omissions de pièce", doutant de l’indépendance de la chambre de jugement et regrettant qu’ "aucun enquêteur, aucune commission indépendante ne puisse changer la culture d’une organisation" comme la FIFA.

En acceptant de publier une partie du rapport, l’instance dirigeante du ballon rond sort d’une semaine agitée en limitant la casse, mais pour combien de temps ?


*Sauf autorisation de la rédaction ou partenariat pré-établi, toute reprise des articles Afrik-Foot, même partielle, est strictement interdite. Tout contrevenant s’expose à des poursuites.




Copyright © Tous droits réservés. Les informations publiées sur Afrik-Foot ne peuvent être reprises, diffusées, réécrites, ou redistribuées sans l'autorisation notifiée de la rédaction ou partenariat pré-établi. Tout contrevenant s'expose à des poursuites.


Golfe arabo-persique




 
en bref

zoom



lire aussi

newsletter
 

recherche