International - Pan Afrique
FIFA : Qui succédera (enfin) à Blatter ?
C’est ce vendredi à Zurich que se tient le congrès de la FIFA à l’issue duquel sera élu le nouveau président de l’instance. Petit tour d’horizon des cinq prétendants toujours en lice à la succession du Suisse Sepp Blatter.

- Le Prince Ali (Jordanie, 39 ans)

Ali Ben Al-Hussein de son nom complet est l’actuel président de la Fédération jordanienne. Il s’est fait connaître du grand public en février dernier au moment de sa candidature à la présidence de la FIFA face à Sepp Blatter, avant d’être battu en mai par le Suisse. Très critique depuis l’éclatement des scandales à la FIFA, le vice-président de l’instance en charge de la zone Asie s’est distingué par ses attaques à l’encontre de Michel Platini, mis hors-course depuis, et plus récemment à l’encontre des confédérations africaine et asiatique qui roulent pour le Cheikh Salman depuis la signature d’un partenariat entre les deux instances. Désireux de faire reporter le scrutin, il n’aura finalement pas obtenu gain de cause. Ses chances sont minces car pour cette fois, il ne bénéficiera pas du soutien de l’UEFA, ce qui risque de porter un sérieux coup à sa candidature.

Lire sur le sujet : "Cinq choses à savoir sur le Prince Ali

- Jérôme Champagne (France, 57 ans)

Premier a avoir annoncé sa candidature à la présidence de la FIFA pour le scrutin de mai dernier, l’ancien secrétaire des Affaires Etrangères n’avait pu aller au bout faute des cinq parrainages nécessaires pour pouvoir se présenter. Evincé de la FIFA en 2010 après 11 années comme conseiller international, l’ancien diplomate est souvent salué pour ses positions en vue de faire progresser le football. Des louanges qu’il ne parvient pas à faire transformer en parrainages sauf pour cette élection à laquelle il va participer avec toutefois peu de chance d’être élu, bénéficiant de rares soutiens auprès des différentes fédérations.

- Gianni Infantino (Suisse, 45 ans)

D’abord solution de repli de l’UEFA le temps de connaître le dénouement du cas Platini, le Suisse est finalement devenu le candidat des fédérations européennes après la suspension de ce dernier. Avocat de profession, il est à l’UEFA depuis 15 ans désormais et en est devenu le secrétaire général en 2009. Sa candidature a pris du poids depuis les soutiens affichés de la CONCACAF et de la CONMEBOL. Ce qui fait de lui l’un des favoris à la présidence, d’autant plus qu’il se targue d’avoir obtenu le soutien de nombreuses fédérations africaines, malgré l’appel de la CAF à voter pour le Cheikh Salman.

- Cheikh Salman (Bahreïn, 49 ans)

Un des poids lourds du football mondial. Président de la Confédération asiatique depuis 2013 et vice-président de la FIFA, ce membre de la famille royale du Bahreïn représente un des candidats les plus sérieux à la succession de Blatter. Ancien soutien de Platini, il connaît les rouages au sein de la FIFA, mais mène désormais campagne pour son compte et sait d’avance qu’il pourra compter sur l’appui des fédérations asiatiques et plus récemment de la Confédération africaine de football qui a officiellement appelé ses fédérations membres à voter pour lui. Soutien de deux des plus grandes confédérations au sein de la FIFA qui font de lui un présidentiable en puissance avant ce scrutin.

Lire sur le sujet : "La CAF officialise son soutien au Sheikh Salman"

- Mosimo Gabriel ’Tokyo" Sexwale (Afrique du Sud, 62 ans)

L’annonce de sa candidature avait suscité enthousiasme avant de vite retomber faute de réelle campagne et surtout de soutiens en Afrique. Méconnu du grand public, Sexwale jouit pourtant d’une belle cote de popularité au sein de la FIFA, où il dirige depuis 2015 le comité de surveillance pour Israël et la Palestine. Charismatique, le Sud-africain se distingue par son histoire singulière, lui l’ancien compagnon de cellule de Nelson Mandela pour leur lutte contre l’Apartheid. Ancien ministre du Logement et membre du comité de candidature de la Coupe du monde 2010, il a depuis fait fortune dans les mines et les télécommunications. Malgré ses très faibles chances, il a décidé de maintenir sa candidature, au moins le temps du premier tour.


Copyright © Tous droits réservés. Les informations publiées sur Afrik-Foot ne peuvent être reprises, diffusées, réécrites, ou redistribuées sans l’autorisation notifiée de la rédaction ou partenariat pré-établi. Tout contrevenant s’expose à des poursuites.




International



 

en bref

zoom



lire aussi

newsletter
 

recherche
 

l'actu d'afrik.com