Gabon - Politique
Gabon-Moukagni Iwangou : "la CAN peut être un motif d’escalade"
A un mois de la CAN 2017 (14 janvier-5 février) qui se tiendra au Gabon, le président de l’aile dite "loyaliste" de L’Union du Peuple Gabonais (UPG), un des deux partis d’opposition, Jean de Dieu Moukagni Iwangou, tire la sonnette d’alarme. Pour l’ancien président par intérim et vice-président de la Fédération gabonaise (Fegafoot), le pays n’a tout simplement pas le cœur à accueillir la grande fête du football africain en raison du contexte socio-politique très tendu. Entretien.

A un mois de la CAN 2017, la tenue de la compétition au Gabon vous paraît-elle envisageable au vu du contexte sociopolitique qui règne au pays depuis la réélection d’Ali Bongo ?

Je suis profondément meurtri par les jeux de scène auxquels se prêtent la CAF et la FIFA, visiblement déterminées à plaire au régime en place au Gabon. Mon pays va mal, cela est notoirement connu. Le malaise frappe tous les secteurs de la vie du pays. Le Gabon n’a pas les moyens de payer les salaires, de faire fonctionner les écoles, d’avoir une université performante. En cessation de paiement, nous ne pouvons pas respecter le calendrier institutionnel, qui commande d’organiser les élections législatives. Et l’on parle de la CAN, dont la tenue requiert des moyens colossaux… Dans ce contexte de rareté visiblement programmée pour la construction du pays, et de prodigalité assurée pour le farniente, la CAN peut être un motif d’escalade.

Quelle est l’opinion générale du peuple gabonais au sujet de cette CAN organisée à la maison ?

Le peuple gabonais n’a jamais été contre la Coupe d’Afrique des Nations. Bien au contraire. Mais ce peuple qui est foncièrement hospitalier, veut accueillir l’Afrique au meilleur de ses atouts, dans un moment de liesse et de quiétude nationales. Ce qui n’est pas le cas aujourd’hui, parce que le pays est totalement divisé, et la CAF donne l’impression de s’accommoder du pays officiel, qui est isolé et minoritaire, et de ne pas regarder le pays réel. C’est-à-dire tout le Gabon, qui est en détresse.

"Le pouvoir en place veut se servir de la CAN"

Puisqu’une CAN réussie est une CAN populaire, tout l’enjeu est de donner de la joie à un pays complètement endolori. La vérité est que le pouvoir en place, qui est en rupture profonde avec son peuple, veut se servir de la CAN, pour refaire sa relation avec celui-ci. Mais comme il a pris les armes contre lui, il va être difficile de le réconcilier par le prétexte de la CAN.

La CAF a récemment confirmé le Gabon comme pays-hôte. Si la compétition a lieu malgré tout, comme cela semble être le cas, des troubles sont-ils à prévoir selon vous ?

Il faut être clair sur cette question. Du fait des réalités nationales, notre pays n’est pas un espace serein. Il y a une crise politique particulièrement grave. Plus de 200 Gabonais ont été sacrifiés par le régime, sur l’autel de sa volonté de conserver un pouvoir familial, installé à la tête du pays depuis cinquante ans. Et qui n’a pas eu la faveur du suffrage des Gabonais. Le pouvoir qui n’a eu aucun mot pour toutes ces familles endeuillées, invite le continent pour faire la fête autour de la CAN. De toute évidence, le risque pris est énorme.

D’un point de vue éthique, le choix de maintenir le Gabon comme pays-hôte vous paraît-il contestable ?

Après le scandale qui a éclaboussé la FIFA sur ses fondements, et révélé au monde le peu d’éthique qui préside à la gouvernance de ce sport, il est temps pour la planète foot de refaire son image. La Coupe d’Afrique des Nations reste le grand rendez-vous de la jeunesse africaine, qui doit choisir tous les deux ans par le sport, de célébrer un pays qui œuvre et symbolise de la meilleure manière, le renouveau d’un continent, qui a besoin d’offrir des modèles de construction sociale, culturelle et sportive cohérents, parce que la Coupe d’Afrique des Nations est un miroir qui reflète toutes ces valeurs à la face du monde.

"La FIFA et la CAF ont pris un pari et un risque plutôt osés"

Sur le seul critère de la promotion de la jeunesse, le Gabon est à la traîne du continent. Pendant tout le dernier septennat, aucune salle de classe n’a été construite dans ce pays. Aucune. Devant cette réalité inacceptable, la jeunesse gabonaise a pris un pari sur son avenir, en sanctionnant massivement le régime en place dans les urnes. Devant l’option prise par le pouvoir de s’imposer par les armes, la jeunesse gabonaise a payé du prix de son sang, un processus de libération du Gabon, qui est résolument en marche.

Aujourd’hui, quel message souhaiteriez-vous adresser au président de la CAF Issa Hayatou et à son homologue de la FIFA, Gianni Infantino ?

En choisissant d’attribuer au régime en place l’organisation de la CAN 2017, la Confédération Africaine de Football et la FIFA s’inscrivent dans la logique éprouvée dans la Rome antique, qui consistait pour les empereurs, à offrir du pain et des jeux, pour distraire le peuple et l’empêcher de réfléchir à sa dure réalité quotidienne. Dans le contexte du moment, la FIFA et la CAF ont pris un pari et un risque plutôt osés.

Par-dessus tout, le message que je voudrais donner à Issa Hayatou et Gianni Infantino est simple. Le peuple africain est leur seul et véritable allié. Et partout en Afrique, la CAN est une réussite par l’implication totale des peuples. De ce point de vue, il serait déplorable aux yeux du peuple gabonais, qui endure les affres de la mal gouvernance d’un pays immensément riche et d’un peuple immensément pauvre, que la CAF et la FIFA soient perçues comme les instigateurs et des complices de cette mal gouvernance.



Gabon




 
en bref

zoom



lire aussi

newsletter
 

recherche
 

l'actu d'afrik.com