Côte d’Ivoire - Maroc
Mondial 2018 : Côte d’Ivoire-Maroc, qui restera sur le carreau ?
En position de force, le Maroc se rend à Abidjan pour affronter la Côte d’Ivoire ce samedi (17h30 GMT) dans la "finale" du groupe C des éliminatoires du Mondial 2018. Si un point suffit aux Lions de l’Atlas pour voir la Russie, les Eléphants doivent quant à eux s’imposer impérativement pour éviter une énorme déconvenue

L’histoire va-t-elle se répéter ? Le 24 janvier dernier, le Maroc disposait de la Côte d’Ivoire 1-0 lors de leur dernier match de poule de la CAN 2017 grâce à un bijou de Rachid Alioui. Avec ce succès, les Lions de l’Atlas validaient leur billet pour les quarts de finale tout en entérinant l’élimination de leur adversaire. Samedi à 17h30 GMT, les deux sélections se retrouvent à Abidjan et encore une fois, les Marocains ont l’occasion de faire mal aux Eléphants. Sauf que cette fois, l’enjeu est encore plus conséquent puisque c’est tout simplement un billet pour le Mondial 2018 que va attribuer cette confrontation !

Fort de son point d’avance, le Maroc peut se contenter d’un match nul pour valider sa qualification pour la Russie. En plus de cet avantage comptable et psychologique, les Lions peuvent compter sur l’expérience de leur sélectionneur Hervé Renard, passé sur le banc ivoirien avec succès en 2014-2015. Au terme d’un long feuilleton, la Fédération marocaine (FRMF) a également obtenu des places pour plusieurs milliers de supporters dont 3 500 environ viendront à bord des vols spéciaux affrétés par Royal Air Maroc pour l’occasion. De quoi assurer un soutien de taille aux Lions, portés par leur défense de fer (aucun but encaissé dans ce groupe) et un Khalid Boutaib en grande forme et auteur d’un triplé le mois dernier face au Gabon (3-0).

Renard ne fera pas de sentiments

"Je ne pense qu’à la Coupe du Monde depuis un bon moment, et on est à un match pour y arriver. On est très près et en même temps assez loin, donc tout reste à faire", a résumé Renard. "Depuis que je suis au Maroc on m’a donné tous les moyens nécessaires pour mener à bien ma mission. Donc l’équation est claire demain, c’est à moi de finir le travail pour récompenser tous les gens qui m’accompagnent... Je reviens en Côte d’Ivoire avec beaucoup d’émotions, d’images exceptionnelles... Mais il faut faire abstraction de tous les amis ivoiriens. Il faut ranger tout ça dans le tiroir et se concentrer car aujourd’hui chacun va défendre ses couleurs."

Côté ivoirien justement, l’heure n’est pas forcément à la sénérité avant d’aborder cette "finale" où la victoire est impérative. Les débuts du sélectionneur Marc Wilmots se sont révélés très décevants et la Selefanto reste sur deux contre-performances (1-2 à domicile face au Gabon et 0-0 au Mali). Pour ne rien arranger, Eric Bailly est suspendu, Jean Michaël Seri et Joris Gnagnon forfaits et Gervinho et Jonathan Kodjia incertains. En revanche, les Eléphants enregistrent les retours de Max-Alain Gradel et de Wilfried Zaha, en forme avec Crystal Palace depuis qu’il s’est remis de sa blessure et qui aura l’occasion de disputer son premier match au pays.

Wilmots veut des guerriers

"Il y a quatre ans, je n’étais même pas international et aujourd’hui je suis à 90 minutes de me qualifier et participer à une Coupe du monde, c’est vraiment fou", a souligné l’Eagle. "On possède un secteur offensif qui pour la première fois est disponible", s’est réjoui son sélectionneur Wilmots. "Il reste un match, une finale à gagner. C’est l’objectif. Ça va se disputer au mental. (…) Moi, je suis très serein, car je sais ce que je dois faire. Et les joueurs aussi. On a besoin d’une équipe qui va aller au combat et que tout le monde soit apte à jouer 90 minutes à 200%, à donner tout pour son pays et sa nation. On va avoir le public avec nous. Chez nous, on appelle ça un 12e homme." Présente lors des 3 dernières coupes du monde, la Côte d’Ivoire n’a pas le droit à l’erreur…

- Le classement :


Copyright © Tous droits réservés. Les informations publiées sur Afrik-Foot ne peuvent être reprises, diffusées, réécrites, ou redistribuées sans l'autorisation notifiée de la rédaction ou partenariat pré-établi. Tout contrevenant s'expose à des poursuites.


Côte d’Ivoire




 
en bref

zoom



lire aussi

recherche