France - Guinée - Justice
Poursuivi par Pôle emploi, Ismaël Bangoura condamné pour escroquerie
Coupable d’avoir touché des allocations chômage pendant deux ans en France après son départ de Nantes, alors qu’il évoluait à Al-Raed (Arabie Saoudite), le Guinéen Ismaël Bangoura a été condamné pour escroquerie par le tribunal du Mans vendredi.

Ismaël Bangoura (33 ans) rattrapé par la patrouille ! Vendredi, l’attaquant d’Al-Raed (Arabie Saoudite) a été condamné pour escroquerie par le tribunal correctionnel du Mans. D’après la presse régionale, l’international guinéen a écopé de six mois de prison avec sursis, de 131 487 € euros d’amende et sa résidence dans la Sarthe (France) a été saisie. Ce procès fait suite à une fraude dénoncée par Pôle emploi.

Tout commence en mars 2016, lorsque le joueur quitte le FC Nantes au terme de son contrat. Sans club, Bangoura s’inscrit alors à Pôle emploi pour bénéficier de l’allocation-chômage. Jusque-là rien d’anormal sauf que le natif de Conakry a entretemps retrouvé un club en s’engageant avec Al Raed. Or, l’intéressé n’a pas pris la peine d’en informer l’organisme, ce qui lui a permis de continuer à percevoir des allocations jusqu’à ce que le service fraude de Pôle emploi démasque la supercherie en février dernier. Entre mars 2016 et mars 2018, le joueur aura ainsi perçu un total de 141 000 € d’allocations chômage...

Les médias soulignent que lors des entretiens de suivi, Bangoura se déclarait en recherche d’emploi. Pour sa défense, le Guinéen a affirmé jouer en Arabie Saoudite à titre bénévole, sauf que son club lui a bien versé des primes à hauteur de plusieurs centaines de milliers d’euros... "Avec de tels revenus, un footballeur a-t-il besoin d’arrondir ses fins de mois au préjudice d’un organisme public ?", a grondé le procureur, jugeant ce dossier "choquant". Bangoura va maintenant devoir régler l’addition…


Copyright © Tous droits réservés. Les informations publiées sur Afrik-Foot ne peuvent être reprises, diffusées, réécrites, ou redistribuées sans l'autorisation notifiée de la rédaction ou partenariat pré-établi. Tout contrevenant s'expose à des poursuites.


France

news

 
en bref

zoom


lire aussi

recherche