France - Racisme
Racisme : Griezmann, un blackface qui a du mal à passer
En postant une photo sur laquelle il est déguisé en basketteur des Harlem Globetrotters avec le corps peint en noir, l’attaquant de l’équipe de France, Antoine Griezmann, a provoqué une vive polémique dimanche soir.

Comme nombre des joueurs actuels, Antoine Griezmann est un adepte des réseaux sociaux sur lesquels il publie tous les jours ou presque des photos, montages et autres vidéos. Une utilisation boulimique qui débouche parfois sur des polémiques, comme l’international français l’a appris à ses dépens. Dimanche soir, sur Twitter, l’attaquant de l’Atletico Madrid a ainsi diffusé une photo de lui déguisé selon ses propres mots "en joueur des Harlem Globetrotters des années 1980".

Sauf que le Colchonero ne s’est pas contenté du maillot, short et ballon de basket : il a également enfilé une perruque afro et s’est surtout peint le visage et le corps en noir. Une pratique sans doute anodine aux yeux du Tricolore, mais qui renvoie en réalité au "blackface" et trouve ses racines durant la période esclavagiste et ségrégationniste aux Etats-Unis. Il s’agissait pour des blancs de se peindre en noir et de caricaturer les personnes de couleur en les présentant comme ignorante.

Le CRAN hausse le ton

"Le blackface est une forme théâtrale de maquillage pratiquée dans les minstrel shows, puis dans le vaudeville, dans lequel le comédien incarne une caricature stéréotypée de personne noire", dit l’encyclopédie en ligne Wikipédia à ce sujet. Bien sûr, Griezmann n’était sans doute pas au courant de tous ces aspects historiques et le buteur des Bleus s’est empressé de s’excuser sur Twitter au vu du tollé provoqué. "Je reconnais que c’est maladroit de ma part. Si j’ai blessé certaines personnes, je m’en excuse", a-t-il regretté.

Pas suffisant pour empêcher la polémique d’enfler. "Le blackface n’est pas une maladresse, c’est un acte raciste", a dénoncé le Conseil Représentatif des Associations Noires (CRAN) ce lundi. "Les blackfaces à répétition, et les actes de racisme dans le sport, nous en avons par dessus la tête. Nous demandons à être reçus au plus tôt par Antoine Griezmann, par la ministre Laura Flessel, et par les autorités du football, notamment Noël le Graët, le président de la FFF, et François Blaquart, le Directeur technique national. Il faut que la ministre des sports et que les autorités de la FFF condamnent fermement ces pratiques, et prennent les mesures nécessaires pour que cela ne se reproduise plus." D’autres comme le consultant de Canal+ Pierre Ménès ont du mal à comprendre l’ampleur suscitée par cette polémique. A chacun de se faire son avis…


Copyright © Tous droits réservés. Les informations publiées sur Afrik-Foot ne peuvent être reprises, diffusées, réécrites, ou redistribuées sans l'autorisation notifiée de la rédaction ou partenariat pré-établi. Tout contrevenant s'expose à des poursuites.


France


 
en bref

zoom


lire aussi

recherche