Belgique - Tunisie
Tunisie : une Fédé "mafia", Maaloul "sans c******", Harbaoui vide son sac !
Non-retenu pour le Mondial 2018, Hamdi Harbaoui a dénoncé le fonctionnement de la Fédération tunisienne, qualifiée de "mafia", tout en fustigeant aussi le sélectionneur Nabil Maaloul, accusé de ne pas avoir le courage d’imposer ses choix aux dirigeants.

Entre Hamdi Harbaoui et la Fédération tunisienne (FTF), les relations sont orageuses depuis plusieurs années déjà. Après la CAN 2013, l’attaquant de 33 ans avait en effet tenu des propos très critiques sur le fonctionnement de la sélection. Ecarté, il avait ensuite été réintégré après avoir effectué ses excuses. Mais, depuis, ses convocations sont restées épisodiques, la faute en partie il est vrai à son exil au Qatar et à son passage raté à Anderlecht.

Mais le Tunisien revit depuis son arrivée à Zulte Waregem cet hiver, au point de s’imposer comme le meilleur buteur du championnat belge cette saison (22 buts). Dès lors, le natif de Bizerte pouvait légitimement espérer faire partie des joueurs retenus pour le Mondial 2018 surtout avec les forfaits sur blessure de Youssef Msakni et Taha Yassine Khenissi dans le secteur offensif. Mais, lundi, son nom n’est même pas apparu dans la pré-sélection de 29 joueurs publiée par le sélectionneur Nabil Maaloul.

Harbaoui dénonce un système

Si le technicien a justifié son absence par des considérations tactiques, le buteur est quant à lui persuadé de continuer à payer ses propos de 2013 et de faire l’objet d’une mise à l’écart venue d’en haut. Et le Tunisien ne mâche pas ses mots. "A l’époque (en 2013, ndlr), le président de la fédération a chargé des joueurs de contredire mes déclarations. Cet homme a même les médias dans sa poche. Oui, le football tunisien doit toujours faire face à la corruption. Les clubs s’immiscent dans les choix. La fédération aussi. Mais c’est seulement dans leurs propres intérêts. La mafia, oui. Comment faudrait-il appeler ça alors que les meilleurs joueurs ne sont pas sélectionnés ?", a lâché l’ancien joueur de l’Espérance Tunis dans les colonnes de Het Nieuwsblad.

Au passage, Maaloul en prend aussi pour son grade : "Les anciens sélectionneurs européens comme Georges Leekens ou Henryk Kasperczak n’y prêtaient pas attention. A l’époque, ils me convoquaient. Mais le coach actuel, Nabil Maaloul, n’a pas les couilles pour désobéir aux exigences de la fédération", a égratigné Harbaoui. Difficile d’imaginer un retour du joueur en sélection après ces propos.


Copyright © Tous droits réservés. Les informations publiées sur Afrik-Foot ne peuvent être reprises, diffusées, réécrites, ou redistribuées sans l'autorisation notifiée de la rédaction ou partenariat pré-établi. Tout contrevenant s'expose à des poursuites.


Belgique


 
matchs mondial 2018
Nigeria2-0Islande
Belgique5-2Tunisie
Japon24/06Sénégal
Arabie Saoudite25/06Egypte
Espagne25/06Maroc

en bref

zoom


lire aussi

recherche