panini_ok.png

Le Musée national du sport, à Paris, présente une toute nouvelle exposition au titre évocateur : « Allez la France ! Les footballeurs africains sont là ». Ouverte du 26 mai 2010 au 2 janvier 2011, elle s’attache à projeter un nouvel éclairage sur les relations entre la France et l’Afrique en valorisant la migration des footballeurs africains en Hexagone depuis les années 1950. Rendre hommage à l’Afrique est le seul mot d’ordre de Claude Boli, commissaire de l’exposition.


panini_ok.png Une exposition à vivre et à ressentir. Tels sont les mots employés par Claude Boli, commissaire de l’exposition « Allez la France ! Les footballeurs africains sont là ». A l’aube de la première Coupe du Monde en Afrique, le Musée national du sport se « footballise » avec une exposition entièrement tournée vers le ballon rond et le continent africain. Consacrée à la migration des footballeurs africains en France depuis les années 1950, elle propose « un parcours qui se découvre comme autant d’histoires de rencontres entre la France et l’Afrique », relate Claude Boli. Des chroniques sportives mais aussi des bribes de vies avec la possibilité d’observer certains objets personnels appartenant aux joueurs. Du maillot au gri-gri, en passant par la babouche et le boubou brodé, tout y est. Et pour les amateurs, la scénographie est directement inspirée des mythiques albums Panini, avec une galerie de 23 portraits de joueurs emblématiques africains ayant évolué ou évoluant en France.

fibule.png Organisée en deux « mi-temps », l’exposition s’est fixée un triple objectif. Rendre hommage à l’Afrique, à travers les nombreux footballeurs qui ont contribué à édifier le succès de certains clubs hexagonaux est primordial selon les instigateurs de cet évènement. Faire découvrir, à travers les footballeurs venus d’Afrique, que le fait migratoire existe aussi sur la « planète du sport », fait également partie des desseins de Claude Boli. Mais enfin et surtout l’exposition se doit de projeter un nouvel éclairage sur les relations entre la France et l’Afrique par le biais d’une passion partagée.

« L’idée de gagner ensemble est belle »

drogba.png La première salle retrace l’influence française dans l’histoire et le développement du football en Afrique. Hommes d’églises, enseignants, commerçants et militaires participèrent à l’importation de la passion du football. « Pendant la colonisation, nous sommes arrivés en Afrique avec notre bible et notre ballon et, aujourd’hui, les joueurs africains nous le rendent bien », indique Zeev Gourarier, directeur général du Musée national du sport. La visite se prolonge avec l’influence que ces joueurs ont eu sur la France. Pour n’en citer qu’un, le légendaire Didier Drogba est « autant un patrimoine marseillais qu’un patrimoine ivoirien. C’est un jeu d’influence et de rencontre et l’idée de gagner ensemble est belle », affirme Zeev Gourarier.

De Larbi Ben Barek à Georges Weah, les joueurs africains ont marqué le football hexagonal et consolidé les liens historiques entre la France et les pays d’Afrique. Depuis 1950, nombre de jeunes footballeurs optent pour la France pour poursuivre leur rêve de carrière sportive. « En parlant de foot dans cette exposition, on parle de l’homme, du petit garçon qui rêvait d’être un grand footballeur et qui y est parvenu », explique Claude Boli. Des joueurs tels que Mamadou Niang, Rachid Mekloufi, Salif Keita ou Mustapha Dahleb ont laissé, grâce à leurs exploits, une trace inoubliable dans le cœur de nombreux supporters des clubs français.

Lire aussi :

 Football : les joueurs noirs en équipe de France de 1931 à nos jours

 Football : « Des noirs en couleur » qui font gagner la France