La CAF a avoué à demi mot avoir dépossédé Didier Drogba de son titre de meilleur joueur africain. Il en a été privé pour ne pas s’être rendu à la cérémonie de remise du trophée, alors que Samuel Eto’o, en 2005, avait été primé sans aller chercher son titre.


Quand la CAF se ridiculise en pleine fête du foot africain… Jeudi, dans un bref communiqué, l’organisme dirigeant du football continental a tenté d’éclairer les raisons qui l’ont poussée à priver Didier Drogba du titre de meilleur footballeur africain, samedi dernier, à Lomé, au profit de Frédéric Kanouté. L’international ivoirien avait pourtant été désigné depuis plusieurs jours aux agences de presse, qui devaient garder son nom sous embargo, comme le vainqueur du trophée.

Eto’o/Drogba, deux poids, deux mesures

« Tout joueur absent d’une cérémonie où il doit recevoir son prix n’est plus pris en considération dans les classements du footballeur africain de l’année », a-t-elle déclaré dans un communiqué après plusieurs jours de silence. Ce qu’elle ne dit pas, c’est qu’un de ses hauts responsables a indiqué par téléphone au vainqueur que « les règles seraient changées et [que] le prix irait au deuxième » s’il ne se rendait pas à Lomé pour recevoir le trophée, selon Didier Drogba lui-même, qui s’est exprimé lundi dernier devant la presse. L’attaquant de Chelsea s’était excusé de ne pouvoir se rendre au Togo car il préparait le quart de finale de la Coupe d’Afrique des Nations, avec les Eléphants, qui avait lieu dimanche, au Ghana voisin, face à la Guinée.

La CAF n’avait pourtant rien trouvé à redire, en 2005, lorsque Samuel Eto’o avait été dans l’impossibilité de se rendre à Durban, en Afrique du Sud, pour récupérer le trophée du meilleur joueur 2004 en personne. L’international camerounais participait le soir même à un match de charité au profit des sinistrés du tsunami en Asie, disputé à Barcelone. Il s’était fait représenter par sa femme, une solution également proposée par Didier Drogba à la CAF, pour la cérémonie de Lomé, sans succès.

La guerre Hayatou/Anouma relancée?

Est-ce assez pour relancer la guerre entre le président de la CAF, le Camerounais Hissa Hayatou, et le président de la Fédération ivoirienne de football, Jacques Anouma ? Les deux hommes sont réputés pour se détester cordialement, le premier craignant l’influence du second dans le cadre de l’élection du président de la CAF, en 2009, à laquelle Hayatou est candidat. Ils se sont affrontés dans le cadre des instances dirigeantes du football africain, notamment l’UFOA (Union des fédérations ouest-africaines de football), mais se sont rencontrés en 2007, à Abidjan, pour aplanir leurs différends.

Reste que la CAF – et à travers elle le foot africain – ne sortira pas grandie de cette affaire. Personne n’avait déjà bien compris pourquoi la remise du trophée avait été programmée à Lomé, alors que la CAN se déroulait en même temps au Ghana voisin… « On travaille tous pour mettre le continent africain très haut, il y a une grosse présence médiatique au Ghana pour un tournoi très critiqué dix ans auparavant. Alors, à un moment donné, on doit tous tirer dans le même sens, a expliqué Didier drogba, désolé pour le crédit dévalué du titre accordé au Malien Frédéric Kanouté. Comme je ne pense pas que ce genre d’attitude honore l’Afrique, j’ai décidé de me retirer de tout vote pour les prochaines élections du Ballon d’Or. J’estime que cette compétition a perdu de la valeur à mes yeux. Je suis un simple joueur, la décision que je prends ne dérangera pas grand monde. » Pas sûr.