La sécurité est une des principales préoccupations de la FIFA à l’approche de la Coupe du monde en Afrique du Sud. Les assurances de l’instance dirigeante du football mondial en ont pris un coup après l’agression d’un journaliste en Johannesburg. En sortant d’un centre commercial en plein après-midi, il est attaqué par neuf hommes armés. Il est alors plaqué au sol. « Ils ont pris mes papiers et mon argent, mais m’ont laissé la vie sauve. Depuis, je me demande si ce pays est ou non en état d’organiser un Mondial », se demande notre confrère dans le quotidien Estado de São Paulo.