Transféré à Al Ahly en juin dernier, Walid Azaro a connu des débuts compliqués. Critiqué pour son manque d’efficacité, l’attaquant marocain a répondu à ses détracteurs sur le terrain en signant un triplé en demi-finale retour de la Ligue des champions face à l’Etoile du Sahel (6-2) dimanche. Forcément, le Lion de l’Atlas savourait sa performance après la rencontre.

« C’est grâce à Dieu si j’ai pu conjurer le sort. Je remercie mes coéquipiers et les supporters qui m’ont soutenu pendant ma période de vache maigre. C’était juste une question de temps. C’était la volonté de Dieu, et je n’avais pas la contredire. Je suis optimiste pour l’avenir, » a conclu le héros dans des propos rapportés par le site Mountakhab.net. « Rien n’est encore fait. Il reste encore la finale contre une équipe coriace, le WAC... » Une équipe que l’ancien pensionnaire du Difaâ d’El Jadida connaît forcément bien…