Titularisé face au Malawi en raison d’un concours de circonstances, Ishak Belfodil a été loin de représenter un danger pour la défense des Flames. S’il a sans doute laissé passer sa chance, l’attaquant de Parme a toutefois procuré un certain apport sur le plan défensif. Un bilan qui n’est pas sans rappeler celui d’Edinson Cavani au PSG.


Aucun but en championnat depuis mai 2013, trois titularisations en Serie A cette saison avec Parme avant d’être relégué sur le banc. En tout et pour tout, une passe décisive contre l’AC Milan (4-5) il y a un mois. Malgré ce bilan famélique, Ishak Belfodil bénéficie du changement de sélectionneur à la tête de l’Algérie. Convoqué par Christian Gourcuff en septembre, l’ancien attaquant de l’Inter est encore là pour les 3e et 4e journée des éliminatoires de la CAN 2015.

Avec le forfait d’Hilal Soudani, la blessure aux adducteurs affaiblissant Islam Slimani et le problème de visa de Khaled Gourmi, il était même le seul attaquant de pointe disponible contre le Malawi, samedi (2-0). Christian Gourcuff lui a donc témoigné un signe de confiance supplémentaire en le titularisant aux avant-postes de son 4-3-3.

« Un peu difficile pour lui« 

Mais le joueur formé à l’OL a une nouvelle fois déçu. Signalé hors jeu à plusieurs reprises (7e, 29e), il a eu bien du mal à exister. Pire encore, il a raté la seule occasion franche qu’il est procuré, en ne cadrant pas sa tête de près sur une transversale de Sofiane Feghouli. Belfodil a beaucoup dézoné, sans succès. « C’était un peu plus difficile pour lui parce que c’était un contexte où on avait besoin de profondeur et lui il joue plutôt en pivot, il s’est forcé à garder le ballon, il s’est créé un peu d’occasions en première mi-temps, et par la suite cela a été un peu compliqué pour lui« , reconnaît Christian Gourcuff.

« Comme je viens de le dire, dans ce contexte-là, il fallait un joueur qui prend les espaces et là, bien sûr, Slimani est beaucoup plus à l’aise que lui« . A tel point que l’attaquant du Sporting Portugal, initialement préservé en vue du match retour, a remplacé Belfodil à la 68e, ce qui en dit long sur la performance du joueur de Parme…

Premier défenseur

Décevant en attaque, Belfodil a tout de même fourni une prestation aboutie sur le plan défensif. Souvent replié dans sa moitié de terrain lorsque les Malawites avaient le ballon, il a exercé un pressing de tous les instants et a réalisé quelques interceptions. Avant de lever le pied, comme ses coéquipiers, au retour des vestiaires et jusqu’à son remplacement.

Un apport offensif décevant mais une présence défensive bienvenue : ce bilan n’est pas sans rappeler celui d’Edinson Cavani. Titulaire en pointe au PSG en l’absence de Zlatan Ibrahimovic, l’Uruguayen est précieux défensivement mais manque d’efficacité. Il n’a pas inscrit le moindre but durant les quatre matches d’absence du Suédois.

Même si Gourcuff lui a trouvé des circonstances atténuantes, Belfodil semble lui aussi avoir laissé passer sa chance. Alors que Baghdad Bounedjah flambe en Tunisie et qu’Idriss Saadi se révèle au Clermont Foot, il n’est pas certain qu’il soit encore de la partie en novembre. A moins qu’il ait droit à une dernière chance mercredi pour le match retour face au Malawi… Cavani, Belfodil, même combat ?