Leader du championnat algérien avant l’interruption, le CR Bélouizdad ne voit pas d’un bon œil le projet de reprise présenté par la Fédération algérienne (FAF) qui espère terminer la saison actuelle quand les conditions sanitaires le permettront. Le club basé à Alger milite pour l’interruption définitive de l’exercice en avançant des motifs sanitaires liés au coronavirus.

«Le football est un sport d’équipe et de contact physique permanent entre partenaires et adversaires. Comment organiser d’éventuels déplacements de joueurs et de staffs, même réduits au minimum ? Comment assurer le transport, l’hébergement, la restauration ?», a lancé le président du CRB, Charaf Eddine Amara, dans un communiqué publié samedi. «Aucune condition de sécurité parfaite, fût-elle réputée parfaite, et il n’en existe pas, ne serait en mesure d’assurer un risque zéro. Au vu de ce casse-tête insoluble, des fédérations, et non des moindres, ont décidé l’arrêt des championnats nationaux et leur clôture à la dernière journée disputée dans son intégralité. La FIFA et l’UEFA pour leur part ont dû reporter des compétitions prestigieuses. Dès lors, le plus sage ne serait-il pas de leur emboiter le pas ?»

L’ancien club d’Islam Slimani pense-t-il vraiment à la santé avant tout ou défend-il surtout ses propres intérêts ? Au vu de son statut de leader et de son insistance pour prendre en compte le classement «à la dernière journée disputée dans son intégralité», la question est légitime…