Un match au bout du suspense. Dans ce quart de finale entre Mondialistes, l’Algérie a pris le dessus sur la Côte d’Ivoire au terme de 120 minutes intenses (3-2). Cruelle désillusion pour les Ivoiriens qui tombent, en quarts de finale de la Coupe d’Afrique des Nations, face à une accrocheuse équipe d’Algérie.


Non, l’Algérie n’a pas volé sa qualification pour le Mondial sud-africain. On en doutait après un premier tour laborieux et une qualification à l’italienne (1 victoire, 1 nul, 1 défaite, 1 but marqué, 3 encaissés) mais la Khadra est en passe de redevenir une grande nation du football africain.

Les hommes de Rabah Saâdane ont prouvé à tous leurs détracteurs qu’ils étaient en train de renaître. Certes, la victoire est étriquée mais qu’importe le flacon, pourvu qu’on ait l’ivresse. Face à l’ogre ivoirien, les Fennecs n’ont jamais abdiqué, signe d’une formation sûre d’elle et de sa force. Les Fennecs ont plié par deux fois sans jamais paniquer pour aller décrocher une jolie place dans le dernier carré.

Les Eléphants sans défense

Ce sont pourtant les hommes de Vahid Halilodzic qui sont le mieux entrés dans la partie. Au bout de 4 minutes à peine, les Eléphants mènent déjà 1-0 par l’entremise de Salomon Kalou, sans doute l’un des meilleurs ivoiriens à Cabinda. Mais juste avant la pause, c’est Karim Matmour qui remet les deux équipes à égalité (1-1, 40e) d’une jolie frappe.

1-1 à la pause et même 1-1 au bout de 90 minutes. Mais, dans les arrêts de jeu, ce match très tactique devient complètement fou. Kader Keita, qui vient juste de rentrer, dégaine un terrible missile qui vient nettoyer la lucarne d’un Chaouchi abasourdi (2-1, 90e). Tout juste le temps pour le banc ivoirien de célébrer que Bougherra envoie les siens en prolongations (2-2, 93e) d’une tête ajustée au second poteau.

Cardiaques s’abstenir

Et rebelotte quelques minutes plus tard. Centre de Nadir Belhadj, reprise de la tête de Bouazza. 3-2 pour les Fennecs. L’affaire est entendue même si les Ivoiriens pourront en vouloir à M. Maillet qui a injustement refusé un but égalisateur à Kolo Touré au bout du bout.

Les Eléphants n’ont plus joué depuis 9 jours et cela a sans doute joué. Deux erreurs de marquage, deux buts. C’est beaucoup trop à ce niveau de la compétition. Désormais dans le carré magique, les Fennecs se sentent prêts pour relever le défi de toute une nation: regrimper sur le toit de l’Afrique 20 ans plus tard. La Côte d’Ivoire, elle, pourra regretter ses occasions manquées et sa génération dorée va désormais se concentrer sur la Coupe du monde. Les Algériens ont encore le temps: leur esprit est tout tourné vers cette Coupe d’Afrique des Nations.