Les performances des Fennecs à la Coupe d’Afrique des Nations et à la Coupe du monde l’ont mis en évidence: l’Algérie a besoin d’un staff élargi. Les rumeurs vont bon train pour trouver le nom de celui ou ceux qui vont venir renforcer l’encadrement de la Khadra et appuyer Rabah Saâdane, le sélectionneur des Verts.


Rabah Saâdane prolongé, une première liste établie, l’Algérie est prête à retrouver le football de haut niveau. Ne lui manque plus qu’un staff pour entraîner les Fennecs. Si le Cheikh reparti avec ses habituels compagnons de route, Zoheïr Djelloul et Hacène Belhadji, un élargissement de l’encadrement technique des Fennecs, nécessaire depuis la Coupe du monde 2010, est à l’ordre du jour.

Les rumeurs vont bon train depuis la prolongation de Rabah Saâdane. Un temps évoquée la piste Djamel Belmadi aurait du plomb dans l’aile, l’ancien Marseillais et l’actuel sélectionneur n’étant pas forcément sur la même longueur d’onde. D’autres noms courent dans la presse, à commencer par ceux de Moussa Saïb, Fouad Bouali et Abdenour Kaoua. Si on ne présente plus l’ancien Auxerrois, champion de France avec Auxerre, avant de réussir sa reconversion en devenant champion d’Algérie avec la JS Kabylie (2008) et en laissant un excellent souvenir lors de son passage à l’ASO Chlef, Fouad Bouali semble tenir la corde. Ce jeune entraîneur, l’un des plus brillants de sa génération, est reconnu pour l’excellent travail effectué depuis quatre ans au sein du Wydad de Tlemcen. Seule ombre au tableau, le coach tlemçenien ne possède pas le diplôme d’entraîneur indispensable à un membre du staff technique de la sélection nationale. Quant à l’ancien portier international du Mouloudia d’Alger, Abdenour Kaoua, actuellement entraîneur des gardiens de l’équipe d’Algérie A’, il est certainement l’un de ceux qui maîtrisent le mieux ce domaine spécifique.

Des anciens internationaux sur la corde

Les spéculations vont bon train également pour Abdelkrim Bira, Adel Amrouche ou Toufik Korichi. D’autres anciens internationaux font également partie des candidats : Hakim Medane, Djamel Menad, Abdelhafidh Tasfaout ou Chérif El Ouazzani. A commencer par le premier nommé, qui a connu un certain succès avec les moins de 17 ans algériens et aurait les faveurs de Saâdane. Seul problème, il est l’actuel manager de la JSMB. A moins qu’un étranger ne vienne se glisser dans la course.

Mais quel sera le rôle du futur adjoint de Saâdane ? Mohammed Raouraoua, le président de la FAF, attend de la personne qui occupera ce poste qu’elle s’implique plus dans les affaires techniques de l’équipe qu’un Djelloul un peu trop en retrait au goût des pontes de la fédération. Saâdane, qui, jusque-là, prend toutes les décisions seul sans que personne n’ose intervenir, aura cette fois-ci quelqu’un qui pourra lui conseiller d’autres choix et lui suggérer d’autres solutions.