Rabah Saâdane, le sélectionneur de l’Algérie, devrait quitter son poste d’ici quelques jours. Du côté de la FAF, on s’agite déjà pour préparer la succession de celui qui a mené les Fennecs à trois Coupe du monde différentes.


La Coupe du monde terminée, il est temps pour la Fédération algérienne de football de penser à demain. Qui se fera sans doute sans Rabah Saâdane, l’homme qui, par trois fois, a emmené les Fennecs en Coupe du monde.

Le Cheikh n’a cependant pas encore officiellement livré son sentiment même s’il a récemment laissé entendre qu’il ne poursuivrait pas l’aventure. « La décision est dans ma tête mais je préfère la communiquer à M. Raouraoua, a-t-il déclaré au terme du match face aux Etats-Unis (1-0). Je veux laisser des traces à celui qui aura la tâche de qualifier l’équipe à la prochaine CAN. » Alors qui pour lui succéder ?
Un temps évoquée, la piste menant au Français Philippe Troussier, proche de Mohammed Raouraoua, le tout-puissant président de la FAF, semble avoir du plomb dans l’aile. Dernièrement, Troussier lui-même avait évoqué le sujet dans un entretien accordé à Al Heddaf. « C’est vrai que je suis libre de toute obligation et que j’ai envie de retrouver les terrains après avoir terminé mon projet de renouveau du football au Japon. En tenant compte du projet de professionnalisation du football qui vient d’être lancé en Algérie, c’est évident que je suis intéressé par une collaboration avec la FAF. Raouraoua le sait : je suis disponible à tout moment », a indiqué l’ancien sélectionneur du Japon.

Madjer ou Khalef

Si Saâdane devait quitter son poste, ce sont deux légendes du football algérien qui tiennent la corde : Rabah Madjer et Mahieddine Khalef. Même si Lakhdar Belloumi, autre membre du Hall of Fame des Fennecs, veut opter pour un entraîneur étranger. « Saâdane a beaucoup donné à la sélection, nous devons le remercier en dépit de plusieurs points négatifs. Il est temps de chercher un entraîneur d’envergure qui soit à la hauteur de la sélection algérienne. Nous avons confiance en la personne de Raouraoua qui devra ramener un grand entraîneur qui sera à la hauteur des grands défis qui attendent notre équipe à l’avenir. Il sera secondé par un ancien international algérien qui l’aidera à s’adapter. Il lui servira de guide et l’aidera à comprendre la mentalité du joueur algérien », expliquait-il au Buteur.

Mais de nombreux autres anciens joueurs souhaitent voir un technicien du cru prendre les rênes de la Khadra. Madjer ou Khalef, donc. Deux hommes reconnus pour leur connaissance du football et déjà passé par le banc des Fennecs. L’ancien joueur du FC Porto semble avoir la faveur du peuple algérien et jouit de la jurisprudence Diego Maradona (Argentine) et Laurent Blanc (France). Ce sera surtout l’occasion pour l’homme aux 83 sélections de montrer qu’il peut mieux faire que le Cheikh, lui qui s’est montré très critique envers Saâdane.

Et si Saâdane restait?

A moins que l’avis des joueurs soit écouté. A en croire Compétition, en effet, certains cadres auraient pris position en faveur de… Rabah Saâdane. Madjid Bougherra, Karim Ziani, Nadir Belhadj et Hassan Yebda auraient notamment demandé au technicien de 64 ans de rester en poste. « Coach, on est solidaires avec vous et on ne veut pas que vous quittiez la sélection en ce moment, il faut que vous continuez votre mission, car l’objectif premier était la qualification pour la Coupe du monde 2014 au Brésil. Certes, on s’est qualifiés pour le Mondial sud-africain, mais le vrai chantier ne fait que commencer. En tant qu’anciens de l’équipe, on vous demande de rester car on a confiance en vous », ont-ils assuré.

Quoi qu’il en soit, le prochain sélectionneur de l’Algérie aura du pain sur la planche. Si les Fennecs ont montré de bonnes choses durant cette Coupe du monde 2010, ils ont aussi affiché quelques lacune inquiétantes: outre un manque d’ambition certain, c’est le chantier de l’attaque, inoffensive depuis quelques temps maintenant, qui posera le plus de difficultés au nouveau patron de la Khadra.