casttle_1_.gif

Le Bénin participe à sa première Coupe d’Afrique des nations de football. Si les Béninois sont à 100% derrière leur équipe nationale, beaucoup émettent de sérieuses réserves quant aux chances des Ecureuils tombés dans un groupe très difficile. Ambiance dans la capitale.


De notre envoyée spéciale à Cotonou

Premier baptême de la Can pour le Bénin. L’équipe nationale de football du pays participe pour la première fois, comme le Zimbabwe, à la Coupe d’Afrique des Nations (Can) dont la 24e édition débute ce samedi à Tunis (24 janvier – 14 février). Hommes et femmes sont ravis de voir leur équipe compter parmi les seize plus fortes formations du continent. Pour son premier match, le Bénin rencontrera, mardi, une équipe de taille : les Bafanas Bafanas d’Afrique du Sud. Pas de quoi ébranler le capital confiance que les Béninois ont placé dans leur pays. Un capital plus basé sur un sentiment patriotique puisque beaucoup restent sceptiques quant aux chances de victoire des Ecureuils. Certains suggèrent même qu’une intervention divine serait de bon aloi. Morceaux choisis à Cotonou.

 Apollinaire, 35 ans. « Nous avons la stratégie »

Appolinaire.jpg« C’est une grande joie que le Bénin participe à la Can parce que c’est un événement continental important. Je crois vraiment que nous allons créer la surprise. Nous ne sommes pas bien préparés mais nous avons la stratégie et tout le monde le verra. C’est surtout grâce au nouvel entraîneur ghanéen Cecil Jones Atuaquafou. Il est arrivé il y a six mois et avec lui nous avons gagné beaucoup de matchs. En observant les changements de joueurs qu’il fait lors des matchs on sent que c’est un connaisseur. René Tellman, l’ancien entraîneur, n’était pas assez entreprenant. Le retour des internationaux qui évoluent en Europe est aussi un avantage pour nous. Par contre nous serons un peu handicapés par l’absence de Omar Tchomogo qui joue à Guingamp en France et Mouri Ogubiyé qui est à l’Enyemba au Nigeria. »

 Rose, 19 ans. « J’espère qu’il ne vont pas faire piètre figure »

Rose.jpg« Je suis très heureuse que les Ecureuils participent à la Can. Cela témoigne d’une progression dans leur niveau de jeu. Je ne pense pas qu’ils remporteront la Coupe, mais j’espère qu’ils iront le plus loin possible et qu’ils ne feront pas piètre figure. S’ils passent le premier tour, je serais déjà très satisfaite, mais je les vois bien en quart de finale. J’ai suivi tous leurs matchs de qualification. Au début, je n’y croyais pas et je n’imaginais pas qu’ils puissent aller aussi loin. Ils nous ont montré de quoi ils étaient capables. Pourvu qu’ils nous surprennent encore ! »

 Saint-Cyr, 35 ans. « Nous avons de bonnes chances de gagner la Coupe »

Saint-Syr.jpg« J’étais au stade lorsque le Bénin a remporté son dernier match de qualification contre la Zambie trois buts à zéro. C’était l’euphorie castel_can.gifdans les gradins pour ne pas dire dans tout le pays. Il faut dire que tous les pays de la Cedeao (Communauté économique des Etats d’Afrique de l’Ouest, ndlr), à part nous, y avaient déjà participé au moins une fois. Je pense que nous pouvons remporter la Coupe même si nous sommes dans un groupe costaud avec l’Afrique du Sud, le Nigeria et le Maroc qui ont tous gagné la Can et participé à la Coupe du monde au moins une fois. Nous avons fait nos preuves lors des matchs éliminatoires. Nous avons des joueurs capables de faire de grandes choses comme Jocelyn Ahoueya, le plus jeune joueur de l’équipe. Il n’y a plus de petites équipes en Afrique. Une surprise peut arriver à tout moment. »

 Joseph, 30 ans. « S’il n’y avait que des locaux je serais plus confiant »

Joseph.jpg« Je fais confiance aux joueurs de l’équipe. S’il n’y avait eu que des locaux, j’aurais été plus rassuré. Ce sont des amis d’enfance et j’ai eu l’opportunité de voir leur jeu évoluer. Ils sont habitués à jouer ensemble et ont un fond de jeu collectif. Les internationaux perturbent un peu cet équilibre même s’ils ont un bon esprit de cohésion. En bon amateur de football, je pense que le Bénin, en dépit des progrès qu’il a fait, a très peu de chance de passer le premier tour parce que l’équipe est dans un groupe difficile. Un groupe que certains surnomment d’ailleurs le groupe de la mort. De plus, notre capitaine Amadou Mondachirou ne jouera pas, ce qui a déjà déçu beaucoup de Béninois. Notre défenseur chouchou Omar Tchomogone ne pourra pas jouer contre l’Afrique du Sud à cause d’un carton rouge qu’il a pris lors du dernier match de qualification contre la Zambie. Un gros désavantage, sachant qu’il a été élu meilleur buteur des éliminatoires de la Can. »

 Nafissath, 19 ans. « Le football béninois a évolué »

Naffisath.jpg« Le fait que le Bénin participe à la Can c’est déjà beaucoup. Cela montre que le football béninois a évolué. Je ne suis pas particulièrement fan de football, mais je vais regarder le maximum de matchs que joueront les Ecureuils. Je ne connaîs pas vraiment le niveau des autres équipes, mais nos joueurs ne sont pas mauvais. Je les vois bien en demi-finale, même si Omar Tchomogo ne joue pas. »

 Anna, 22 ans. « Un écureuil c’est malin et rapide »

Anna.jpg« Quelques femmes s’intéressent au football, pas moi. Mais je sais que nous n’avions pas d’équipe nationale en tant que telle qui pouvait participer à une compétition aussi importante que la Can. Avant, nous avions vraiment un niveau très bas, lors des matchs c’est un peu comme si nous n’existions pas. Cette participation montre que nous avons beaucoup progressé. Je vais essayer de suivre les matchs qu’ils vont disputer. Un écureuil, ce n’est pas imposant et ça ne fait pas peur, mais c’est malin et rapide. Espérons que cela pourra les aider à se frayer un chemin vers la victoire, même si je n’y crois pas trop. S’ils venaient à gagner, tous les Béninois auront gagné. »

 Moussilou, 58 ans. « Avec l’aide de Dieu, ils iront en finale »

Moussilou.jpg« J’espère que nous gagnerons pour prouver au monde que nous pouvons participer à la Coupe du monde. Je vais suivre tous les matchs des Ecureuils. Les jours où ils joueront, je n’irais pas travailler pour bien les regarder et les encourager. Je pense qu’avec l’aide de Dieu ils peuvent aller en finale. C’est Lui qui fait toute chose. »