Hispano-sénégalais, Baldé Keita a indiqué être prêt à jouer pour le Sénégal à l’avenir et embrasser une carrière internationale avec les Lions de la Teranga.


Après Kalidou Koulibaly, Issa Sarr et Younousse Sankharé, le Sénégal pourrait bien être renforcé lors des mois à venir. Courtisé de longue date par la Fédération sénégalaise, Baldé Diao Keita, l’ailier d’origine sénégalaise évoluant à la Lazio de Rome, a fait part de sa volonté de rejoindre les Lions de la Teranga pour ce qui est de son avenir international. « J’ai discuté avec mes parents et toute la famille. Ce n’est pas une décision facile à prendre. Je sais que je suis encore jeune, j’ai l’avenir devant moi. Mais pour ce qui est de mon choix, il est fait. Je compte jouer pour le Sénégal« , a indiqué ce mardi l’ancien de la Masia, dans les colonnes du quotidien sportif sénégalais Stades.

De parents sénégalais, le joueur de 20 ans possède également la nationalité espagnole et était un temps annoncé comme promis à la Roja compte tenu de son potentiel. Une thèse battue en brèche, l’intéressé clamant un certain attachement pour les quarts de finalistes du Mondial 2002. « Mes proches savent que j’aime le Sénégal, je suis les prestations de l’équipe nationale avec intérêt. Même au club, les gens me chambrent si le Sénégal ne gagne pas« , a-t-il expliqué, indiquant également avoir parlé de la sélection avec Moussa Konaté et Boukary Dramé.

La balle dans le camp d’Aliou Cissé

Ce pas franchi, Baldé Keita attend désormais un signe de la part du sélectionneur Aliou Cissé, arrivé en poste après la débâcle de la CAN 2015 et qui a pour mission de reconstruire l’équipe pour les échéances à venir. « Tout ne dépend pas de moi. Il y a un entraîneur« , fait-il remarquer à ce sujet. « La seule chose qui compte, c’est de voir l’entraîneur, discuter avec lui et avoir une idée du projet sportif qu’on propose. Le reste sera déterminé par le terrain« .

La prochaine étape pourrait intervenir au mois de mars lors de la prochaine trêve internationale et aboutir, pourquoi pas, sur une première sélection. D’ici-là, les différentes parties auront sans doute eu le temps de se rencontrer, car pour l’heure les précédents Fekir et Boufal sont là pour rappeler que les mots à eux seuls n’ont aucune valeur…