Yaya Gnegneri Touré a été présenté mardi devant près de 1 500 supporters du FC Barcelone, après son transfert de l’AS Monaco pour neuf millions d’euros. Le club catalan, impressionné par les qualités physiques de l’international ivoirien, en fait l’égal du milieu de terrain français Patrick Vieira, si ce n’est plus…


« Un Vieira pour le Barça ». Mercredi, le quotidien sportif catalan El Mundo deportivo n’a pas fait dans la demi-mesure pour présenter la nouvelle recrue du FC Barcelone, Yaya Gnegneri Touré, à ses lecteurs. Il faut dire que les dirigeants du club avaient eux-même placé la barre très haut, mardi, lors de la présentation de l’international ivoirien au public, se laissant aller au jeu des comparaisons : « Il est fort, dur, difficile à bouger, il porte bien le ballon et a la qualité pour le distribuer. Il a un peu le même style que Patrick Vieira, mais nous ne voulons pas lui mettre la pression en le comparant à lui », a déclaré le directeur sportif du Barça sur le site du club. Txiki Begiristain n’en a pas moins estimé que l’ivoirien « a plus de qualités » que le milieu de terrain de l’Inter de Milan.

« Il est l’un de ces joueurs qu’il faut avoir dans son équipe », a surenchéri le président Joan Laporta. « Il a de l’avenir, il est puissant physiquement et très technique. Il a tout pour devenir une référence à Barcelone. » Touché, l’ancien milieu de terrain de l’AS Monaco a déclaré vouloir « répondre aux attentes placées en » lui et s’est dit « prêt à relever le défi ».

« Il va mieux s’exprimer là-bas »

A 24 ans, Yaya Touré a quitté le Rocher (centre d’entraînement de l’AS Monaco) pour un montant de neuf millions d’euros, selon le FC Barcelone. Le club souhaitait « renforcer le milieu de terrain », indique Txiki Begiristain, où avait été « détecté un manque d’équilibre entre l’attaque et la défense ». Nul doute que le frère du Gunner d’Arsenal (Londres) Kolo Touré, qui l’a lui-même surnommé « le nouveau Patrick Vieira », pourra apporter ce que les Catalans attendent de lui avec ses qualités physiques (1,87m et 78 Kg) et techniques.

Le docteur du FC Barcelone, Ricard Pruna, après lui avoir fait passer la visite médicale réglementaire, lui a d’ailleurs prévu « un très grand rendement », notamment parce qu’il a été « épargné par les blessures ». Son frère n’en pense pas moins : « Si ce transfert se réalise, avait-il indiqué la semaine dernière au quotidien ivoirien Nord/Sud, cela va lui permettre de prendre une autre dimension. Il va mieux s’exprimer là-bas (…) Je crois que ce challenge lui convient ».

Un ancien de l’Académie d’Abidjan

Yaya Touré fait partie des nombreux footballeurs ivoiriens passés par l’Académie d’Abidjan de Jean-Marc Guilloux, puis à avoir suivi l’ex-international français dans le club belge de Beveren. Après une saison à l’Asec d’Abidjan et deux et demi en Belgique, le milieu de terrain a rejoint le Metalurg Donetsk (1,5 saison) puis l’Olympiakos Le Pirée (une saison). Avec les Grecs, il remporte le championnat et est l’un des seuls à tirer son épingle du jeu lors des matchs de poules disputés – et perdus – par son club en Ligue des Champions.

Titulaire lors des trois matchs de la Côte d’Ivoire à la Coupe du monde allemande, il rejoint une équipe de Monaco belle à voir sur le papier mais timorée sur le terrain. Son but mémorable contre Le Mans, le 30 septembre dernier, lors d’un match déjà crucial pour sortir l’ASM de la zone de relégation, a marqué les esprits. Tout en puissance, il a souvent essayé de pousser l’équipe vers l’avant mais a aussi fait preuve d’irrégularité durant la saison.

 La puissance : but contre La Mans le 30 septembre 2006

 La technique : but contre Valenciennes le 2 décembre 2006


Monaco-Valenciennes-but1Toure
envoyé par arthurbosc