Marouane Chamakh et Bordeaux, c’est fini. L’attaquant international marocain a confirmé son départ à la fin de la saison. Sans toutefois évoquer le nom de son futur employeur. Mais l’affaire semble entendue…


« Il ne me reste plus que cinq semaines à Bordeaux, soit neuf matchs. Le compte à rebours est lancé et je veux finir en beauté. Je suis fier d’être resté moi-même, je n’ai jamais triché. J’ai très envie de gagner le championnat ou au moins de laisser l’équipe en Ligue des Champions. » Cela a le mérite d’être clair : Marouane Chamakh ne sera pas Bordelais la saison prochaine.

C’était tout de même un secret de polichinelle dans le landerneau footballistique. Il faut dire que les spéculations vont bon train. Arsenal ? Liverpool ? La Juventus ? A priori le Marocain pencherait plutôt pour l’Angleterre. « J’ai toujours voulu jouer en Premier League, tout attaquant rêve de jouer dans ce championnat. Je suis prêt pour ce départ même si je reste concentré sur mon club actuel, c’est plus important que mon cas personnel. Ce n’est pas facile de s’imposer en Angleterre mais dans ma carrière, j’ai toujours eu pour mission d’apprendre chaque jour, de continuer à progresser et d’aider mon club à entrevoir le succès », assurait-il dans les colonnes du Daily Mirror il y a quelques semaines.

Pour l’heure, ce sont les Gunners d’Arsène Wenger qui semblent tenir la corde. Celui qui a débuté il y a 8 ans sous le maillot au scapulaire rejoindrait Londres pour 4 ans et… c’est tout puisque le contrat du Marocain s’achève en juin. Le départ inéluctable de Chamakh est un échec cuisant pour Bordeaux. Depuis l’été dernier et son vrai-faux transfert en Angleterre, le futur Gunner n’a jamais digéré le veto bordelais. Il a toujours refusé de prolonger, se privant ainsi de la possibilité de tripler son salaire. Au contraire, il a préféré attendre la fin de son contrat pour négocier librement et ne pas être encore prisonnier d’une clause libératoire, quel que soit son montant.

Futur Gunner

« Je ne voulais pas revivre la situation de l’été dernier », dit-il au Parisien. Son président Jean-Louis Triaud, lui, reconnaît avoir mal géré ce dossier pourtant capital. Mais il ne comprend pas pourquoi son joueur n’a pas accepté de prolonger comme Jimmy Briand à Rennes afin que toutes les parties y trouvent leur compte. Or aujourd’hui, Bordeaux ne touchera rien pour le départ de l’un de ses meilleurs joueurs et devra signer un gros chèque pour lui trouver un successeur. La note sera salée.

Beau joueur, le meilleur buteur bordelais en Coupe d’Europe a désigné son successeur : Guillaume Hoarau, l’attaquant du PSG. «J’ai toujours dit que Guillaume Hoarau était un attaquant que j’appréciais. Je pense que nous avons à peu près le même profil de jeu. Sur un plan humain, c’est aussi quelqu’un que j’aime bien. Je l’ai rencontré à plusieurs reprises et cela ne me gênerait pas qu’il porte le numéro 29 l’an prochain, car c’est vraiment quelqu’un que j’apprécie. Et s’il le veut, alors bien sûr !», a expliqué Chamakh. Adoubé par le Marocain, le Réunionnais va-t-il se laisser tenter ?