Samedi dernier, la finale du tournoi  » Anahoro  » avait lieu au sein de la prison centrale de Mpimba, au Burundi. Une façon d’intégrer les prisonniers dans le processus de reconstruction d’un pays en crise.


Un tournoi de football s’est tenu à la prison centrale de Mpimba du 28 octobre au 4 novembre dernier. Ce tournoi dénommé  » Anahoro  » – paix, en kirundi, langue nationale burundaise -rassemblait huit équipes de prisonniers, rapporte la radio-télévision nationale. La finale qui opposait les Aigles verts au Manchester United a vu s’imposer cette dernière à la suite de prolongations sur un score de 5 buts à 4.

Une occasion pour le directeur de cette prison, M.Ntironya de rappeler l’état déplorable de l’alimentation des prisonniers qui doivent se contenter de  » 300g de farine et 300 g de haricots par jour, des fois avec un peu de sel lorsqu’il y a un miracle « .

Prisonniers mais citoyens avant tout !

La précarité et l’exclusion dont sont victimes les prisonniers ont motivé la tenue de cette rencontre footbalistique, fortement soutenue par les politiques. La participation du président de l’Assemblée Nationale et des officiels du sport burundais en est une preuve. Entièrement pris en charge par les prisonniers, ce tournoi a permis de distraire et d’associer les prisonniers à la reconstruction nationale, et ce en dépit de leur incarcération.