Le sélectionneur de l’équipe nationale camerounaise de football a reçu, selon une source du ministère des Sports, le reste de ses arriérés de salaire. Une information démentie par le manager du Portugais Artur Jorge, qui aurait envisagé de ne pas emmener les Lions Indomptables à la Coupe d’Afrique des Nations, qui débute vendredi en Egypte. Finalement, payé ou pas, il participera à la compétition.


L’affaire Artur Jorge, suite et fin ? Une source du ministère des Sports assure que le sélectionneur de l’équipe nationale camerounaise de football a reçu lundi le reste de ses arriérés de salaire. Le retard de paiement avait provoqué une montée de tension. Artur Jorge et son manager Alex Ribeiro ayant avaient, d’après certains médias, envisagé de ne pas accompagner les Lions Indomptables à la Coupe d’Afrique des Nations (Can, du 20 janvier au 10 février en Egypte). Finalement, le staff a décidé de participer à la compétition, que leur salaire tombe ou pas.

Une source de la Fédération camerounaise de football indique qu’il y a peu de chances pour qu’Artur Jorge ait reçu quoi que ce soit. « J’ai entendu dire qu’il avait reçu une première avance, mais on m’a expliqué que ce n’était probablement pas vrai, étant donné que le document envoyé aux Finances précisait qu’il devait être payé d’un coup », rapporte-t-il. Mais c’est une tout autre version que donne un responsable du ministère des Sports.

« Un premier versement a été effectué le 5 janvier pour les mois de juillet, août et septembre. Le second a été fait hier (lundi, ndlr) et couvre les mois d’octobre, novembre et décembre. Monsieur Artur Jorge a donc maintenant reçu l’intégralité de son salaire. Le Trésor Public a fait un virement sur un compte que possède Artur Jorge au Cameroun. Le ministère le lui a fait savoir et Artur Jorge a dit qu’il n’avait pas besoin de preuve, que la parole du ministre lui suffisait », assure-t-elle.

Mystère et ballon de gomme

« Artur Jorge a signé son contrat en janvier et, fin février-début mars, le Trésor public lui a avancé six mois de salaire. Ensuite, il a eu des problèmes liés à la finance qui ont empêché de payer à temps, mais il n’y a pas eu de mauvaise foi », insiste le responsable du ministère des Sports. Et d’expliquer pourquoi les retards ont provoqué un emballement médiatique : « L’adjoint d’Artur Jorge s’est plaint dans une interview accordée à un journaliste de CamFoot le 5 janvier, mais qui a été publiée le 15. Au moment où Raul Aguas s’est exprimé, il ne savait donc pas encore que le virement avait été fait. C’est le décalage qui a causé la forte médiatisation ».

Raul Aguas, l’adjoint d’Artur Jorge, dément tout paiement des arriérés. « Nous n’avons pas été payés », a-t-il affirmé ce mardi à Afrik. « Nous », parce que si Artur Jorge n’est pas payé, Raul Aguas non plus. « Raul Aguas n’a pas de contrat avec l’Etat camerounais car il a été amené par Artur Jorge, qui le paie avec ce que l’Etat lui vire », précise notre source du ministère. Quant au staff camerounais, notamment l’entraîneur n°2 Jules Nyongha et l’entraîneur des gardiens de but Jacques Songo’o, il est rémunéré par le Cameroun. Raul Aguas a tenu à préciser : « Nous participerons à la Can par respect pour le peuple camerounais et les joueurs ».

Une assurance qui a peut-être pour but de rassurer après les montées de tension. Selon le Quotidien Mutations du 16 janvier, « le 7 janvier dernier, dans une lettre de protestation faxée au ministre des Sports, Artur Jorge indiquait qu’il tenait à ce que tous les problèmes soient réglés avant le début de la coupe d’Afrique des nations ». Dans une interview accordée à Camfoot, mise en ligne le 13 janvier, le manager du technicien portugais Alex Ribeiro explique que « sa situation salariale, même si elle n’est pas la plus importante par rapport à d’autres problèmes qu’il m’a soumis, n’est pas normale. Cela fait la 2ème fois qu’il a 6 à 7 mois de salaire impayé. Le plus gênant est que sans sa demande, personne ne lui dit quand il sera payé. (…) Il est certain qu’Artur Jorge n’acceptera pas de continuer dans les conditions actuelles et que l’ingérence dans son domaine sportif se fait de plus en plus manifeste. Cela il ne l’acceptera pas ».

« Ingérence » dans le travail d’Artur Jorge

Parmi les « ingérences » décriées, le fait que le sélectionneur ait appelé le milieu de terrain Pierre Wome Nlend pour la Coupe d’Afrique des nations et qu’il n’ait pas été retenu sur la liste finale. Le sociétaire de l’Inter de Milan (Italie), qui avait raté le penalty qui aurait qualifié les Lions pour la Coupe du monde d’Allemagne, aurait déclaré le 12 janvier concernant sa non sélection : « Il n’y a pas d’explications, le coach m’a appelé et m’a dit que la Fédération (Camerounaise) trouvait que ma présence posait quelques problèmes ». Ou le fait que le staff technique n’ait pas pu décider du lieu où les joueurs s’entraînent actuellement en Tunisie, avant leur départ, jeudi, pour l’Egypte. Or, d’après son contrat, Artur Jorge est « le seul décisionnaire dans le domaine sportif, que ce soit la sélection des joueurs, le choix de l’équipe, le choix des matchs amicaux et des adversaires, le choix des stages de préparation. Cela n’a pas été respecté à plusieurs reprises et il y aurait beaucoup de choses à dire », a expliqué le manager Alex Ribeiro à CamFoot.

Artur Jorge pourrait bientôt communiquer sur les problèmes qu’il rencontre au Cameroun. En attendant, les 23 joueurs sélectionnés se préparent à El-Menzah dans la banlieue de Tunis. D’après les échos qui parviennent des envoyés de la Fédération camerounaise de football en Egypte, le moral est bon en dépit des bruits qui courent. L’ancien footballeur camerounais Roger Milla, sur demande du Président de la République Paul Biya, a intégré l’équipe technique pour « mettre de l’ordre dans l’équipe nationale » et relever le moral des troupes. « Éliminée de la coupe du monde, l’équipe nationale traverse des moments délicats. Mais je pense qu’il n’y a pas le feu dans la tanière des Lions Indomptables. Tous nos joueurs veulent redorer leur blason, rehausser le drapeau national. Maintenant, comme l’a dit le Chef de l’État, il faut une bonne organisation. Nous aurons même des chances de remporter cette Can ». C’est aussi ce que pense le staff d’encadrement. Samuel Eto’o semble être une arme de poids, tout comme Achille Webo, qui a inscrit, lundi lors d’un match préparatoire face à l’El Ahly de Mateur, les seuls trois buts de la rencontre.