Si la Fédération camerounaise comptait se donner des airs modernes en diffusant son appel d’offres pour le poste de sélectionneur sur Twitter, c’est raté. Outre le fait d’utiliser le réseau social pour diffuser cette annonce, l’instance est devenue la risée du web en quelques heures en raison des critères requis pour postuler, notamment avoir une nationalité ou « être de bonne moralité« . Florilège.