Pas de surprise. A la lutte avec Robert Atah pour la présidence de la Fédération camerounaise (Fecafoot), Tombi A Roko a écrasé son adversaire lundi, s’adjugeant 59 voix sur 73 lors de l’assemblée générale élective contre 2 pour son rival, 8 bulletins nuls et 4 abstentions. Avec ce vote, la Fecafoot reprend son pouvoir au terme d’un long et chaotique processus de normalisation de 26 mois mené par la FIFA. Successeur de Mohammed Iya, désormais incarcéré, Tombi A Roko aura la lourde tâche de réunir les différentes familles du football camerounais. Il devra notamment composer avec l’invalidation du bureau exécutif de la Ligue régionale de l’Est (qui a pourtant pris part au vote !) par le comité national olympique et sportif du Cameroun (CNOSC), patate chaude laissée entre ses mains par le comité de normalisation dont il était le secrétaire général. Tout nouvel impair pourrait entraîner de lourdes sanctions de la part de la FIFA.