Dans le premier match de la 2e journée du groupe A, on a assisté à une parodie de football sur un terrain gorgé d’eau. Zambie et Libye ont fait match nul dans le match le plus prolifique de la CAN. Mayuka (27e) et Katongo (54e) ont répondu au doublé de Saad (5e et 48e). Un match accroché, où chacun a joué avec ses armes, qui fait les affaires du Sénégal qui joue ce mercredi soir contre la Guinée équatoriale.


Surprenant vainqueur d’un Sénégal placé parmi les favoris lors de son premier match (2-1), la Zambie voulait confirmer la bonne impression laissée contre les Lions. Dans un stade de Bata qui sonnait creux, l’équipe d’Hervé Renard partait logiquement avec la faveur des bookmakers, sensibles au beau jeu développé par la sélection d’Afrique australe.

Mais la pluie, invitée surprise, allait dénaturer les débats et contrarier les pronostics. Avec un coup d’envoi retardé d’une heure et quart, la rencontre programmée à 17 heures se déroulant finalement à 18h15, le doute ayant longtemps plané sur le déroulement de la rencontre. Alors que les deux sélectionneurs s’accordaient à dire qu’il fallait ajourner le match, arbitres et officiels en décidaient autrement. Une décision contestable au vu du déroulement de la rencontre.

Gazon maudit

Dès les premières secondes, les vingt-deux acteurs ont compris que jouer au football serait une gageure. Sur une pelouse détrempée, les passes avaient le plus grand mal à trouver preneur avec un ballon qui rebondissait avec difficulté. Absence de beau jeu mais aussi intégrité physique des joueurs garantie avec difficulté, en témoigne le remplacement prématuré d’Al Khatrouchi, sorti sur blessure (19e).

Cueillis à froid dès la 5e minute sur un déboulé de Saad côté droit qui croisait bien sa frappe sur un service du futur sortant, les Zambiens eurent du mal à trouver la solution. Dans une configuration en 4-3-3 qui devait laisser une certaine liberté aux ailiers, la formation des Chipolopolos attaquait pourtant la rencontre pied au plancher ou plutôt au plongeoir. Dominateur dans le jeu avec une bonne possession de balle, les Chipolopolos n’étaient pas malheureux sur l’égalisation d’Emmanuel Mayuka (27e).

Très actif sur le front de l’attaque le joueur des Young Boys de Berne reprenait victorieusement un centre de la gauche (29e) alors qu’il avait multiplié les maladresses : frappes hors cadre (4e, 17e, 70e) ou contrées (25e) et mauvais contrôle face au gardien (37e, 59e). Pas aidés par un pré carré qui ressemblait, par moment, plus à une mare qu’à un terrain de football, les hommes d’Hervé Renard ont fait contre mauvaise fortune bon cœur. A la baguette, Katongo, capitaine courage au milieu du terrain, à la conclusion d’un superbe mouvement côté gauche, suivi d’un retourné en forme de passe décisive (54e). Mais malgré une leur occupation des 45 mètres libyens, les Chipolopolos n’ont jamais réellement réussi à faire valoir leur supériorité technique.

Zorro s’appelle Saad

Dans ces conditions dantesques, les Chevaliers de la Méditerranée pouvaient faire valoir leurs qualités. Solidarité, courage et abnégation ont été les maîtres mots d’un collectif qui a su tirer intelligemment parti des difficultés climatiques en multipliant les ballons longs. Au pressing sur tous les ballons à l’image de la charnière Achtiba-Salama, les Libyens n’inquiétaient les Zambiens que sur des contres de plus en plus en rare à mesure qu’avançait le chronomètre (5e, 22e, 45+2, 54e et 90+1e). Cependant, trop juste dans le jeu, les Libyens pliaient logiquement face à la pression brouillonne mais constante de leurs adversaires (29e, 54e). Mais il n’était pas dit la chance allait abandonner les « moudjahidine » hyper réalistes, à l’image du leader de l’attaque, Saad qui douchait la défense adverse après un billard dans la surface (47e). Des efforts récompensés qui permettaient au sien de partir avec le point du match nul.

Dans des conditions peu digne d’un match de football, les deux équipes ont montré leur meilleur visage, au vu des événements. Avec 4 points en deux matches la Zambie reste en position favorable pour se qualifier et garde son destin en main. Elle devra assurer face à la Guinée équatoriale pour terminer en tête du groupe A. La Libye, elle, peut continuer à croire en l’exploit après le premier nul de cette CAN.