senegal_vs_cameroun-2.jpg

Au sortir d’une belle phase de groupes, le Sénégal devra tenir son rang ce samedi à 19h GMT face au Cameroun en quart de finale de la CAN 2017. Même s’ils réfutent cette idée, Aliou Cissé et sa troupe ont là une superbe occasion de venger leur défaite en finale de la CAN 2002 face aux Lions Indomptables.


Un duel chargé d’histoire. Opposant deux grandes nations du football africain, le quart de finale de la CAN 2017 qui va mettre aux prises le Sénégal au Cameroun ce samedi à 19h GMT à Franceville s’accompagne inévitablement de son lot de rivalités. Pour beaucoup de supporters des Lions de le Teranga, voilà l’occasion rêvée de laver l’affront de la CAN 2002 lorsque le Cameroun avait brisé le rêve de leurs protégés en finale (0-0, 2-3 tab) avec le tir au but fatal manqué par Aliou Cissé, aujourd’hui sur le banc sénégalais !

Mais pour l’intéressé, pas question d’entendre parler de revanche ! « Le passé, c’est le passé, on vit le présent, et ces jeunes, qui sont en sélection actuellement, étaient très jeunes lors de la CAN 2002« , a martelé le sélectionneur ces derniers jours. « De toute façon, les contextes sont différents, demain (samedi) ce sera un quart de finale et en 2002, c’était une finale. » Si Cissé écarte cet aspect, c’est aussi pour enlever un peu de pression sur ses hommes, qui parviennent enfin à répondre aux attentes après des années de vaches maigres puisqu’ils atteignent ce niveau pour la première fois depuis 2006 !

Cissé fan de l’état d’esprit de ses joueurs

« C’est un groupe costaud sur le plan mental qui a été bien préparé et qui a compris qu’une Coupe d’Afrique ne se gagne pas sur le seul talent. Je sens que les garçons sont en confiance« , s’est félicité Cissé. Après la victoire pleine de réussite face à la Tunisie (2-0) et celle beaucoup plus convaincante contre le Zimbabwe (2-0), l’ancien défenseur s’est même payé le luxe de faire tourner face à l’Algérie (2-2) lors de la dernière journée du groupe B, la qualification et la pole position étant déjà assurées.

S’il a montré de belles choses par moment, notamment en seconde période contre la Guinée Bissau (2-1), le Cameroun a quant à lui connu un parcours moins maîtrisé et sans un poteau et une superbe parade de Fabrice Ondoa dans les derniers instants de la « finale » face au Gabon (0-0), les Lions auraient déjà pu faire leurs valises… Et puis les poulains d’Hugo Broos renouent eux aussi avec les quarts après une longue absence (7 ans). Pas étonnant dès lors que le technicien belge tente de mettre la pression sur son adversaire.

« La pression est dans le camp des Sénégalais parce que non seulement ils portent le statut de favori, mais également parce qu’ils ont prouvé durant la phase de poule qu’ils savent jouer au football« , a-t-il martelé vendredi devant la presse sans s’avouer vaincu pour autant. « J’ai dit il y a quelques jours, qu’on devait essayer d’éviter le Sénégal. Parce que la façon avec laquelle cette équipe a disputé ses matchs de groupe était parfois impressionnante. Il fallait éviter un adversaire pareil. Mais cela ne veut pas dire que c’est terminé pour nous. Rien n’est jamais perdu d’avance. Nous avons nos chances face au Sénégal. » Un discours prometteur avant cette affiche de choix !

senegal_vs_cameroun-2.jpg