Moins attendue cette année, l’Algérie se doit tout de même de partir du bon pied et de réussir son entrée à la CAN 2019 ce dimanche au Caire face à un Kenya susceptible de poser bien des soucis aux Fennecs (coup d’envoi à 20h GMT, soit 22h en France).

Le contexte pour l’Algérie :

Après les déceptions générées par son élimination en phase de groupes en 2017 puis sa non-qualification pour le Mondial 2018, l’Algérie est partie sur de nouvelles bases en nommant Djamel Belmadi au poste de sélectionneur l’été dernier. Plus proche de ses joueurs, le technicien a insufflé une dynamique intéressante et bouclé des qualifications relativement convaincantes avec notamment une victoire 4-1 au Togo, la première en Afrique subsaharienne depuis 2 ans.

Avec des cadres comme Mahrez et Brahimi et des joueurs en forme à l’image de Delort, invité de dernière minute et buteur dès sa première cape, et Atal, les Fennecs ont tout de même un coup à jouer cette année. A condition de réussir leur entrée, contrairement à la précédente édition lorsque le 2-2 laborieux arraché face au Zimbabwe avait d’entrée mis les Algériens dans de mauvaises dispositions.

Présentation du Kenya :

Dirigées par le Français Sébastien Migné, les Harambee Stars disputent leur première CAN depuis 15 ans. Après avoir frappé un grand coup en s’offrant le scalp du Ghana (1-0) lors de la 2e journée des éliminatoires, les Kényans ont tiré profit de la disqualification de la Sierra Leone pour valider leur billet. Ils ont ensuite suivi leur préparation en France (à Marcoussis, au Centre national du rugby français) avec deux amicaux convaincants contre Madagascar (1-0) puis la RDC (1-1). Victor Wanyama (Tottenham) est la seule véritable star mais gare à la percussion d’Olunga et à la capacité des Harambee Stars à mener des contres rapides.

Ils ont dit :

Djamel Belmadi, sélectionneur de l’Algérie : «Je pense que pour être favori, il faut avoir gagné la Coupe d’Afrique au moins une fois hors de ses terres. On est sortis au premier tour en 2017, nous n’avons pas disputé la dernière Coupe du monde. Rien ne fait de nous les favoris».

Sébastien Migné, sélectionneur du Kenya : «Sur un match tout est possible, je suis très surpris de ce que font mes joueurs depuis 14 mois. (…) Vous verrez comment on va jouer contre l’Algérie. Je respecte l’opinion de Belmadi qui pense que nous savons défendre mais s’il n’a pas vu nos qualités offensives, c’est bien, il en aura des preuves demain (dimanche).»

Les compositions de départ :

Algérie : M’Bolhi – Atal, Mandi, Benlamri, Bensebaini – Feghouli, Guedioura, Bennacer – Mahrez, Bounedjah, Belaili.

Kenya : Matasi – Okumu, Otieno, Mohammed, Omar Khamis – Masika, Wanyama, Oghiambo, Kahata – Omondi, Olunga.