Plus que quelques heures et on connaîtra enfin le vainqueur de la CAN 2019. A l’issue de la finale Sénégal-Algérie ce vendredi (coup d’envoi à 19h GMT, soit 21h en France), la Confédération africaine de football (CAF) va également dévoiler l’identité du meilleur joueur de la compétition. Le point sur les chances des différents prétendants.

– Ismaël Bennacer (Algérie), 6 matchs joués (536 minutes), 2 passes décisives

Révélation de cette CAN, le milieu de terrain en instance de transfert vers le Milan AC peut espérer finir en beauté. Déjà désigné meilleur joueur du premier tour par la CAF, l’ancien Gunner n’a eu de cesse d’impressionner, que ce soit par son volume de jeu, ses excellentes interceptions, ses passes millimétrées ou sa capacité à briser les lignes et museler les milieux adverses. Eblouissant en 8es contre la Guinée (3-0), le Fennec était rentré dans le rang contre la Côte d’Ivoire (1-1, 4-3 tab), mais il est reparti de l’avant en finissant fort contre le Nigeria (2-1). Il ne lui reste plus qu’à confirmer en finale.

– Youcef Belaïli (Algérie), 5 matchs joués (447 minutes), 2 buts

Choix fort du sélectionneur Djamel Belmadi, l’ailier de l’Espérance Tunis n’a eu de cesse de donner raison à son coach match après match. Sa complicité avec Baghdad Bounedjah en fait un duo redoutable et l’ancien Angevin s’est retrouvé impliqué dans tous les bons coups (12 occasions de but créées, soit le 2e meilleur total de la CAN derrière Khazri).

Enorme dans l’effort et particulièrement inspiré dans ses passes dans les 30 derniers mètres, le Fennec sait aussi planter et c’est lui qui inscrit le but de la victoire face au Sénégal en poules (1-0) et encore lui qui place les siens sur la voie en ouvrant le score en 8es contre la Guinée (3-0). Revenu de nulle part après une suspension de deux ans pour dopage, il pourrait achever sa CAN en beauté avec 2 titres.

– Riyad Mahrez (Algérie), 6 matchs joués (462 minutes), 3 buts

Rare star au niveau durant cette CAN, l’ailier de Manchester City porte le brassard de capitaine et il a véritablement enfilé le costume de patron en demi-finale contre le Nigeria (2-1), d’abord en poussant Ekong au CSC puis en inscrivant le coup franc de la qualification à la 94e minute. Exemplaire dans l’attitude, à l’image de ses efforts défensifs, l’ancien Havrais s’est toutefois montré moins régulier que ses compères Bennacer et Belaïli et il a notamment connu un quart plus difficile contre la Côte d’Ivoire. Mais si d’aventure il venait à offrir le titre à l’Algérie dans quelques heures, le natif de Sarcelles devrait être considéré comme un sacré client !

– Sadio Mané (Sénégal), 5 matchs joués (480 minutes), 3 buts et une passe décisive

Autant le dire tout de suite, l’ailier de Liverpool part avec du retard par rapport à ses concurrents algériens. Mais un sacre du Sénégal et un rôle décisif de sa part en finale pourraient peut-être changer la donne… Suspendu pour le premier match contre la Tanzanie puis en difficulté contre l’Algérie (malgré un penalty injustement refusé), le Lion est ensuite monté en puissance avec un doublé lors du match couperet contre le Kenya (3-0), le but de la qualification contre l’Ouganda en 8es (1-0) et un match plein contre le Bénin (1-0). Mais sa demi-finale trop timide contre la Tunisie (1-0 a.p.) et ses deux échecs sur penalty contre le Kenya et l’Ouganda pèsent aussi dans la balance. Il faudra vraiment sortir un match XXL pour doubler les Algériens.