«Triste et en colère», Giannelli Imbula n’avait pas caché sa déception après avoir appris qu’il ne serait pas éligible à temps pour prendre part à la CAN 2019 (21 juin-19 juillet) avec la RD Congo. Et les derniers développements de ce dossier risquent d’accroître sa frustration… Citant une source proche de la Fédération congolaise (Fecofa), le journaliste Fonseca Mansianga indique en effet que le changement de nationalité sportive de l’ancien international Espoirs français a été validé mercredi par la FIFA, soit quelques heures trop tard puisque le sélectionneur Florent Ibenge devait, comme ses 23 homologues, transmettre sa liste des 23 au plus tard mardi à minuit à la Confédération africaine de football (CAF).

A partir de cette information, de nombreuses rumeurs se sont emparées ces dernières heures des réseaux sociaux en RDC, certains espérant que, comme Andy Delort avec l’Algérie, le milieu de terrain du Rayo Vallecano, puisse peut-être finalement disputer la CAN. Pourtant, ce scénario est peu probable, sauf à imaginer que la RDC ait, comme l’Algérie pour Delort, soumis 24 noms compte tenu de la situation particulière d’Imbula. Et encore faudrait-il que la CAF accepte cette demande…

Pour le reste, seule une blessure jusqu’à 24h avant l’entrée en lice des Léopards ou un «cas de force majeure» autorisent un changement dans les 23. Or, difficile de qualifier un changement de nationalité trop tardif de cas de force majeure. A priori, la seule possibilité de voir Imbula dans les 23 serait donc qu’un joueur se blesse, obligeant Ibenge à faire appel à un renfort.