Le premier quart de finale de la CAN 2019 oppose ce mercredi le Sénégal au Bénin au Stade Air Defense du Caire (coup d’envoi à 16h GMT, soit 18h en France). Présentation.

Les forces en présence

Ce n’est pas encore flamboyant, mais le Sénégal donne l’impression de monter en puissance dans cette CAN. Après une phase de groupes mitigée et alors que d’autres cadors tombaient dans le piège, les Lions ont fait le boulot contre l’Ouganda en 8es (1-0). Rapidement en tête, la bande à Aliou Cissé a toutefois davantage fait parler sa solidité défensive que ses multiples qualités offensives. Clairement favoris sur le papier ce mercredi, les Sénégalais devront reproduire le même genre de prestation face à un bloc béninois très compact, tout en faisant preuve de davantage de réalisme offensivement pour se mettre à l’abri. En jeu pour les Lions, une première demi-finale de CAN depuis 2006 !

En face, le Bénin, qui vient d’enchaîner 4 matchs nuls, n’a rien à perdre après avoir frappé un immense coup en éliminant le Maroc (1-1, 4-1 tab). On se dit que l’effet de surprise commence à se tasser et que les Sénégalais ne se montreront pas forcément aussi généreux que les Marocains, qui ont raté un penalty durant la dernière minute du match, mais les Ecureuils, présents à ce niveau pour la première fois, restent une équipe difficile à manœuvrer et capable de se montrer très incisive en contre si les hommes de Michel Dussuyer sont dans un bon jour.

L’historique des confrontations

Les deux équipes ne se sont encore jamais affrontées en phase finale de CAN, mais l’histoire penche nettement en faveur du Sénégal avec 3 victoires et un nul en 4 confrontations toutes compétitions confondues.

Adenon sera bien suspendu

C’est le feuilleton qui a animé cet avant-match. Taulier de l’arrière garde des Ecureuils, Khaled Adenon a été expulsé après avoir reçu deux cartons jaunes face au Maroc. La Fédération béninoise a eu beau déposer un recours en arguant que l’arbitre s’est trompé de joueur en sanctionnant le défenseur central d’Amiens sur le premier avertissement, ses arguments n’ont pas convaincu la CAF qui a maintenu sa suspension. Seidou Barazé devrait le remplacer. Après avoir purgé sa peine en 8es, Steve Mounié est en revanche à nouveau disponible.

L’infirmerie du Sénégal ne désemplit pas

Pas épargné par les blessures depuis le coup d’envoi de la CAN, le Sénégal va encore devoir composer avec une infirmerie bien remplie. Outre le gardien titulaire Edouard Mendy, victime d’une fracture du doigt et dont la CAN est terminée, deux joueurs ne se sont pas entraînés mardi et demeurent très incertains : le milieu de terrain Alfred Ndiaye (genou gauche) et l’ailier Ismaila Sarr (cuisse gauche), dont l’absence constituerait une très mauvaise nouvelle. Plus de peur que de mal en revanche pour le milieu de terrain Krépin Diatta, qui devrait être d’attaque, tandis que le défenseur central Salif Sané, est lui aussi remis sur pied.

L’arbitre : Mustapha Ghorbal (Algérie), qui a déjà dirigé le Sénégal en 8es de finale sans incident particulier, sera au sifflet. Rappelons que ce match sera le premier de l’histoire de la CAN à bénéficier de l’assistance vidéo à l’arbitrage (VAR).

– Et ensuite ? Le vainqueur de ce match affrontera dimanche en demi-finale celui de Madagascar-Tunisie.

Les compositions de départ :

Sénégal : Gomis – Gassama, Kouyaté, Koulibaly, Sabaly – Saivet, P.A. Ndiaye, Gueye – Baldé, Niang, Mané.

Bénin : Allagbé – Adilehou, Baraze, Verdon, Imorou – D’Almeida, Adeoti, Sessègnon – Poté, Mounié, Soukou.

Ils ont dit :

Aliou Cissé, sélectionneur du Sénégal – «Je le dis et je le répète, depuis quatre ans que je suis ici et j’essaie de vous convaincre, pour vous dire qu’il n’y a plus de petites équipes sur le continent africain et je crois que cette CAN l’a montré. Gagner en Afrique, c’est difficile, compliqué. Les équipes qui pensent que le match est déjà joué auront tort (…) Oui, nous sommes l’une des équipes les plus proches de gagner le tournoi sur le papier, mais le papier ne décide pas et ne contrôle rien…»

Stéphane Sessegnon, capitaine du Bénin, pour Jeune Afrique –«On a encore envie de rester en Égypte, de prolonger le plaisir. Ce que nous réussissons est vraiment très bien. Personne n’attendait le Bénin à ce niveau. On sort d’une poule où figuraient le Cameroun et le Ghana, et on élimine le Maroc… Nous allons nous attaquer au Sénégal, une des meilleures équipes d’Afrique, avec sa force collective et individuelle. On sait que ce sera très compliqué, mais on va continuer à s’appuyer sur nos qualités.»