Les propos du président de la Fédération marocaine (FRMF), Fouzi Lekjaa, ne passent décidément pas ! Alors que son pays a été battu par le Cameroun (1-2) et éliminé en phase de groupes de la CAN des moins de 17 ans, le dirigeant avait remis en cause l’âge d’au moins un joueur adverse, Aliom Moubarak Saidou. Après avoir déjà taclé le Marocain dans un communiqué, la Fédération camerounaise (Fecafoot) a effectué un nouvel assaut par la voix de son président, Seidou Mbombo Njoya.

«Je n’ai pas de problème particulier avec le président Lekjaa, mais je crois qu’il a un problème avec la défaite. Je suis d’autant plus surpris qu’il s’agit d’un vice-président de la CAF qui méconnaît les règlements de la CAF qu’il est censé défendre et protéger» , a taclé le Camerounais lundi en conférence de presse. «En ce qui nous concerne, nous avons respecté ces règlements en acceptant de jouer avec 18 joueurs nonobstant les IRM effectués à Yaoundé et en Tanzanie. L’attitude du président Lekjaa est incongrue, il faut être responsable à la défaite comme à la victoire.»

«Pour ce qui est du contrôle osseux du poignet (test IRM effectué par la CAF avant la compétition, ndlr), je tiens à rappeler au vice-président que les tests du poignet ont été récemment reconnus par la Cour Européenne des Droits de l’Homme comme étant suffisamment fiables pour justifier l’âge des jeunes gens», a par ailleurs souligné Seidou Mbombo Njoya.