A la veille des JO, le torchon brûle entre les fédérations de football africaines et les clubs qui emploient leurs meilleurs joueurs. Chacun considère son calendrier sportif comme étant prioritaire.


Une fois n’est pas coutume. L’arrivée imminente des JO de Sydney crée une série de tensions entre clubs les européens et les fédérations africaines de football qui participeront à la prestigieuse compétition. Une situation des plus inconfortables pour les joueurs sommés de choisir entre leurs clubs et leurs équipes nationales.

Le 6 septembre, le manageur français de Liverpool, Gérard Houiller a lancé un ultimatum au défenseur camerounais Rigobert Song.  » C’est à lui de décider si les intérêts de son club passent avant ceux de la sélection olympique « , a déclaré le coach, arguant que Song ne raterait pas moins de sept matches s’il partait à Sydney.

Nigeria sans capitaine

Médaille d’Or à Atlanta, le Nigeria devra se passer de l’une de ses pièces maîtresses, Nwankwo Kanu. Celui qui fut capitaine de la sélection victorieuse de 1996 a finalement décidé de rester dans les rangs de l’équipe anglaise d’Arsenal, au terme d’un suspense qui a duré tout l’été.

De telles situations se renouvèlent systématiquement à chaque compétition internationale.

Dernière en date, le coup de sang du manager de Coventry qui a accusé les autorités marocaines de football d’avoir retardé le retour des internationaux Mustapha Hadji et Youssef Chippo. Après avoir encaissé deux buts au Gabon lors des éliminatoires de la Coupe d’Afrique, les joueurs chérifiens se sont retrouvés sans avion dimanche. Le  » hic « , c’est qu’ils devaient être en pleine forme pour jouer mercredi en championnat d’Angleterre, contre Newcastle. Remarque élégante du coach britannique, cité par l’Agence France Presse (AFP) :  » S’ils devaient payer leur salaire, je suis sûr qu’ils trouveraient un avion pour les faire repartir deux heures après le match « . Ambiance…