Comme tous les mois, la FIFA a dévoilé son classement mondial des sélections. Une parution qui fait plus jaser que d’ordinaire, notamment en zone CAF, où les places de certaines équipes ont de quoi interpeller.


C’est à se poser des questions… Déjà régulièrement accueillie avec beaucoup de réserves par les amateurs de ballon rond, la nouvelle mise à jour du classement FIFA pour le mois de février va permettre aux détracteurs de l’instance de s’en donner à cœur joie. Et pour cause. Si le mondial reste inchangé avec l’Espagne qui domine les débats devant l’Allemagne et l’Argentine, le bond de deux places de la Suisse, désormais 6e à de quoi interpeller, même si la Nati est qualifiée pour le Mondial 2014 et avait été placée parmi les têtes de série.

Mais le meilleur reste à venir… Et pour cela, comme trop souvent, il faut se tourner vers le continent africain pour se poser de sérieuses questions sur la légitimité de ce classement. Si la Côte d’Ivoire et l’Algérie restent aux deux premières places continentales, ensuite le classement est tout bonnement inexplicable. Ce n’est pas le cirque, mais presque. Et pour cause, c’est le Cap Vert qui vient désormais se hisser sur la 3e marche du podium, au détriment du Ghana.

Renversants lors de leur campagne qualificative pour la Coupe du monde 2014, les Requins Bleus n’ont pourtant plus disputé la moindre rencontre officielle avec la sélection A depuis le 7 septembre et un match contre la Tunisie. Plus de 5 mois se sont écoulés depuis, sans jouer, et l’équipe passe une nouvelle fois de 726 à 798 points entre janvier et février. Situation assez loufoque et difficilement justifiable d’autant plus que la sélection anciennement dirigée par Lúcio Antunes n’a même pas pris part au Championnat d’Afrique des nations (CHAN 2014).

Le CHAN justement, il faut en parler. Ce devait être la grande nouveauté pour ce mois de février, après l’annonce de la FIFA pour reconnaître cette compétition qui en était à sa 3e édition en Afrique du Sud, et donc la comptabiliser au moment d’établir le classement mensuel des sélections. C’est à se demander comment ces points ont été pris en compte.

Finaliste de la compétition sud-africaine, seulement battu aux tirs au but par la Libye, le Ghana est l’une des principales victimes de ce chamboulement sans nom et se retrouve éjecté du podium africain. Oui, à la FIFA, une nation peut terminer en finale d’une compétition, même de moindre importance, et perdre des points. La Libye, qui a décroché le titre perd également six places au niveau mondial. Ça ne s’invente pas…

Que dire du Nigeria, 3e au CHAN et également sorti aux tirs au but, qui dégringole pour se retrouver 8e pays africain ? Est-ce à ce rang que devraient se trouver les vainqueurs de la CAN 2013 ?

Ce CHAN aura été fatal à bien des équipes, à l’instar du Mali, simple quart de finaliste, qui dégringole de 19 places au classement mondial pour se retrouver 9e pays sur le continent, juste devant le Burkina Faso. Et comment justifier les places gagnées là aussi sans jouer par la Sénégal et la Sierra Leone, respectivement 13e et 15e ?

Autant d’interrogations qui restent sans réponse face à une FIFA avare d’explication lorsqu’il s’agit de s’exprimer sur la question. « C’est comme ça et puis c’est tout« , pourrait être le message en substance… A moins que tout ceci ne soit que le résultat d’arrangements entre « bons amis ».

Ce sont autant de points qui restent inexpliqués et qui ne devraient pas l’être de si tôt. Un nouveau classement sera publier dans tout juste un mois, le 13 mars prochain. D’ici là, les matchs amicaux du 5 mars auront été disputés, avec notamment un Luxembourg-Cap Vert qui s’annonce prometteur. D’après le classement établi par la FIFA, etant donné que les Bleus gagnent des places sans jouer, pourquoi ne pas les voir déjà nouvelle nation numéro un en Afrique en cas de succès ? A force de creuser, à ce rythme, la FIFA va finir par trouver du pétrole.