Alors que certaines rumeurs avaient mis son départ de la sélection de Côte d’Ivoire en juin sur le compte du retrait de son brassard, Gervinho a tenté de clore la polémique mardi en conférence de presse.


Une fois de plus, la question du capitanat a fait couler beaucoup d’encre en Côte d’Ivoire au cours des dernières semaines. Présent en juin avec la sélection lors de déculottée subie en amical face aux Pays-Bas (0-5), Gervinho avait ensuite quitté le groupe avant le match éliminatoire de la CAN 2019 contre la Guinée (2-3) quelques jours plus tard. D’après certaines rumeurs, l’ailier n’avait pas accepté le choix du sélectionneur Marc Wilmots de lui retirer le capitanat pour instaurer un brassard tournant. Une version démentie par l’intéressé mardi en conférence de presse.

« Non ! Il n’y a pas de problème. C’est vrai que je n’étais pas présent face à la Guinée pour des problèmes personnels. Cette absence, je le reconnais, a été interprétée« , a assuré le pensionnaire du Hebei China Fortune FC, de retour dans le groupe pour défier le Gabon dans le cadre des éliminatoires du Mondial 2018. « Sinon il n’y a jamais eu de problème. Personnellement, je n’ai jamais eu de soucis avec le capitanat. Je ne suis pas ici pour le brassard. Si je suis là, et ça a toujours été le cas, c’est pour défendre la Côte d’Ivoire. »

De son côté, Wilmots a confirmé que le brassard reviendra à chaque match au titulaire le plus capé aligné sur le terrain. Mais du côté de l’effectif, même si l’intéressé a démenti vouloir le brassard à tout prix, on semble déterminé à vouloir satisfaire Gervinho. « Pour l’instant, dans l’équipe, c’est moi et Salomon (Kalou, ndlr) qui sommes les plus anciens. Salomon a dit que si jamais nous étions tous les deux sur la pelouse, il me le laisserait« , a précisé l’ancien Lillois. Un gage de sérénité pour les Eléphants ?