Le président de la Fédération ivoirienne, Sidy Diallo, a soutenu mercredi que les anciens sélectionneurs Hervé Renard et Henryk Kasperczak n’auront jamais aucune chance de revenir sur le banc des Eléphants car ils ont « manqué de respect » aux Ivoiriens par le passé.


Présent mercredi lors de la conférence de presse de présentation du nouveau sélectionneur des Eléphants, Marc Wilmots, le président de la Fédération ivoirienne (FIF), Sidy Diallo, en a profité pour torpiller deux des prédécesseurs du Belge sur le banc de la Selefanto, Hervé Renard et Henryk Kasperczak. Le dirigeant a affirmé que les deux hommes ne pourront jamais reprendre en charge la sélection double championne d’Afrique !

« En 1994, nous avons eu la meilleure équipe à la CAN en Tunisie (3e, éliminée aux penalties) et quand nous sommes rentrés de Tunis, le président (Henri Konan) Bédié a demandé publiquement à Kasperczak de rester en Côte d’Ivoire. Il n’a pas accepté : il est parti. (…) Sur la dernière liste (de candidats au poste de sélectionneur), il y avait le nom de Kazperczak. J’ai demandé à ce que ce nom soit biffé parce qu’il n’a pas respecté notre pays, notre président« , a taclé le patron de la FIF. « En Côte d’Ivoire, on ne retient pas les gens malgré eux« , a-t-il ensuite glissé à destination de Renard, parti pour Lille après le sacre à la CAN 2015.

Au passage, les Tunisiens seront contents d’apprendre que leur sélectionneur Kasperczak a postulé en Côte d’Ivoire, même s’il faut rester méfiant dans ce genre de situations puisque des agents ont l’habitude de glisser des CV de coachs sans forcément représenter le technicien en question. De son côté, après cette sortie de Sidy Diallo, Wilmots est prévenu !