Interrogé sur le site de la FIFA, Romaric, le milieu de terrain du FC Séville, a abondé dans le sens de ses coéquipiers, qui ont mis en exergue le manque de rigueur défensive des Ivoiriens. « Le travail défensif commence par les attaquants, c’est la tâche d’un groupe. On doit défendre ensemble, mais chacun avec son rôle. Mais nous avons de grosses lacunes dans nos déplacements collectifs. On ne peut pas se permettre de ne pas avoir le minimum requis au haut niveau dans ce domaine. Avoir 70 mètres d’écart entre les défenseurs et les attaquants comme lors de la dernière CAN, ce n’est plus possible. Nos lignes ne sont pas assez serrées, nous ne formons pas un bloc. Si nous corrigeons ces choses-là, nous pourrons viser quelque chose de grand », a affirmé l’ancien Manceau, persuadé que les trois semaines où les Eléphants seront réunis sont suffisantes pour résoudre ses problèmes « si nous y mettons tous du nôtre, si nous tirons tous dans le même sens ».