A n’en pas douter, la Coupe du monde est une affaire d’Occidentaux. Une étude récente a révélé que, à moins de cinquante jours du Mondial sud-africain, 2 % seulement des billets vendus ont été achetés par des Africains, soit 11 300 personnes. Un maigre bilan pour la première Coupe du monde de football organisée sur le continent.


La Coupe du monde est LA fête du football. Regardée par des milliards de supporters à travers la planète, cette célébration du ballon rond est aussi la compétition sportive la plus suivie. A titre d’exemple, 376 chaînes ont par exemple retransmis l’édition 2006, pour une audience cumulée de 26,29 milliards de téléspectateurs… Et, cette année, à en croire une étude récente, c’est bien à la télévision que les supporters africains vont suivre LEUR Mondial.

En effet, à moins de cinquante jours de l’ouverture de la Coupe du monde de football en Afrique du Sud, 2 % seulement des billets vendus ont été achetés par des Africains, soit 11 300 personnes, selon une étude menée par le cabinet d’audit international Grant Thornton. La faute à un prix exorbitant pour des revenus modestes ainsi qu’à une défaillance des circuits de distribution.

2 % d’Africains

En effet, très peu d’Africains possèdent une carte de crédit et un accès à Internet. Or ce sont les seuls moyens de se procurer des tickets lorsqu’on n’habite pas en Afrique du Sud. Un problème que Jérôme Valcke, le secrétaire-général de la FIFA, a reconnu récemment, même s’il a maintenu que les stades seraient pleins à 95%.

Les ventes au comptoir ont débutés depuis une semaine, servant d’étincelle à la fièvre de la Coupe du monde dans tous les pays. « Nous aurions sans doute dû ouvrir les centres d’achat de tickets bien avant, a expliqué Jérôme Valcke. De même, il nous faudra repenser notre politique en ce qui concerne les billets. »

2,9 millions de billets en vente

En attendant 2014, où la FIFA aura appris de ses erreurs paraît-il, il reste encore 300 000 billets à vendre. Et les supporters noirs et pauvres, dont sont issus la majorité des fans de « soccer », devront se contenter de leur poste de télévision. Les billets les moins chers, auxquels ils n’ont pas accès, tournent autour de R140 (14 € environ). Or le salaire moyen, en Afrique du Sud, s’élève à R1287 (129 € environ).

A priori, donc, les Fennecs, Eléphants, Lions Indomptables, Black Stars, Super Eagles et autres Bafana Bafana devront se débrouiller tous seuls.