Tous les observateurs s’accordent à le dire: il faudra être bon pour sortir d’un groupe composé du Brésil, du Portugal, de la Côte d’Ivoire et de la Corée du Nord. Tous prétendent à une qualification pour le deuxième tour. Avec plus ou moins de chances. Explications.


C’est LE groupe de la mort : entre les favoris Brésiliens, les outsiders Portugais et Ivoiriens et les inconnus Nord-Coréens, ce groupe G s’annonce compliqué pour tout le monde.

Avec ses cinq titres mondiaux, ses artistes et ses dix-neuf Coupes du monde, le Brésil est annoncé, comme toujours, comme un prétendant à la victoire finale. Double finaliste du Mondial (1994 et 1998), Dunga a apporté son expérience et sa rigueur à la Seleçao. Nouveau style mais même objectif : accrocher une nouvelle étoile au maillot doré. Moins virevoltant mais plus rigoureux, moins séduisant mais plus réaliste, ce Brésil-là a décidé de se passer de Ronaldinho (Milan AC), Ronaldo (Corinthians), Pato (Milan AC), Adriano (AS Roma) ou encore des pépites de Santos (Neymar et Ganso)… Avec un bloc défensif particulièrement solide (dix clean sheet pour Julio César), les amateurs de football samba devront trouver une autre équipe à supporter en Afrique du Sud. Une stratégie payante puisque les Auriverde ont remporté la Copa America et la Coupe des confédérations avant de dominer les éliminatoires sud-américains, loin devant le grand rival argentin. L’état de forme de ses créateurs, Robinho et de Kaka, qui sortent d’une saison difficile avec Manchester City et le Real Madrid, sera donc une des clés du parcours brésilien.

Suspens hitchockien

Pour se tirer d’affaire au premier tour derrière les cousins brésiliens, le Portugal pourra compter sur son capitaine, Cristiano Ronaldo, impérial au Real avec ses 33 buts en 36 matches. Qualifiés de justesse, les hommes de Carlos Queiroz ont pourtant l’habitude des grands rendez-vous puisqu’ils abordent leur sixième grande compétition de rang. Seulement, avec une équipe rajeunie, les Lusitaniens ne font plus rêver. Avec en difficulté face au Cap Vert (0-0), vainqueur de justesse de l’Albanie (2-1), les Quinas vont avoir devoir hisser leur niveau de jeu pour atteindre les demi-finales, comme en 2006. Heureusement, la défense tient bon. Avec neuf matches éliminatoires sur douze sans prendre de buts, le Portugal tient la baraque, même sans Bosingwa ou avec un Pepe diminué. Liedson, un autre Brésilien naturalisé, pourrait devenir le sauveur de toute une nation grâce à son sens du but et du sacrifice.

Mais gare à la surprenante Corée du Nord. Le niveau réel des Chollimas est le secret le mieux gardé de la planète football. Difficile de se faire une idée sur les qualités de l’équipe mystère de cette Coupe du monde. 44 ans après le quart de finale de 1966, les hommes de Kim Jong-Hun entendent rééditer l’exploit. Mais tout autre bilan que trois défaites dès le premier tour ferait sensation. Avec trois expatriés (deux au Japon, un en Russie), l’autre Corée se présente en un 4-5-1 ultra-défensif qui n’a marqué que 1,25 but par match, soit la moyenne la plus faible des 32 qualifiés. Dur dur d’y croire pour une équipe qui jouera pour éviter l’humiliation… et la mort.

 Le pronostic d’Afrik-Foot.com : 1. Brésil, 2. Côte d’Ivoire, 3. Portugal, 4. Corée du Nord

 Le calendrier

Côte d’Ivoire-Portugal, le 15 juin à 16h00 (Port Elizabeth)

Brésil-Corée du Nord, le 15 juin à 20h30 Johannesburg)

Côte d’Ivoire-Brésil, le 20 juin à 20h30 (Johannesburg)

Corée du Nord-Portugal, le 21 juin à 13h30 (Le Cap)

Portugal-Brésil, le 25 juin à 16h00 (Durban)

Corée du Nord-Côte d’Ivoire, le 25 juin à 16h00 (Neslpruit)