Entraîneur de l’année de la FIFA, entraîneur français de l’année France Football,… Didier Deschamps a collectionné les distinctions individuelles ces derniers mois suite au sacre à la Coupe du monde 2018. Mais un trophée a particulièrement touché le double champion du monde. Pas forcément le plus prestigieux, mais le plus symbolique à ses yeux, celui d’entraîneur de l’année décerné par le journal algérien El Heddaf.

« S’il faut retenir une distinction, c’est l’une des dernières reçues, qui vient des pays du Maghreb« , a révélé le sélectionneur tricolore dans les colonnes de Sud Ouest. « Par rapport à mon historique et ce qui a pu se passer il y a deux ans avant l’Euro, c’est une fierté et un honneur encore plus importants« . Non retenu pour la compétition, Karim Benzema, d’origine algérienne, avait alors accusé Deschamps d’avoir « cédé à une partie raciste de la France« . Avec ce trophée, le Basque savoure une forme de revanche.