Ces derniers mois, le réseau saoudien beoutQ s’est rendu célèbre en piratant la chaîne beIN Sports. Certains matchs des compétitions de la Confédération Africaine de Football (CAF) font partie des programmes piratés, ce qui a incité l’instance panafricaine à mettre en garde beoutQ dans un communiqué diffusé mercredi.

« Récemment, une entité appelée « beoutQ » a mis en place une importante opération de piratage contre beIN Media Group. A cet égard, la CAF condamne fermement la pratique du piratage audiovisuel des manifestations sportives, véritable fléau pour notre industrie. La CAF est déterminée à prendre toutes les mesures nécessaires contre « beoutQ » si un match de la CAF est piraté« , a averti l’instance.

« La CAF rappelle qu’elle détient, à titre exclusif, tous les droits relatifs à ses compétitions, y compris tous les matchs et toutes les manifestations officielles connexes, sans aucune restriction quant au contenu, au moment, au lieu et à la loi. Nul autre que la CAF n’est légalement autorisé ou habilité, sans l’autorisation écrite préalable de la CAF, à utiliser et/ou exploiter les droits médiatiques relatifs à ses compétitions, quels que soient les modes de diffusion (satellite, terrestre, IP…). » Cette prise de parole intervient alors que le groupe beIN a lancé mercredi un site web pour dénoncer la « piraterie soutenue par les Saoudiens« .