Le Cameroun a de l’ambition dans cette Coupe d’Afrique des Nations. L’Égypte aussi. Mais les Lions Indomptables entendent faire payer aux Pharaons certains affronts récents avant d’aller voir plus loin.


C’est le choc de ces quarts de finale. Le match que tout le monde attendait, le match que tous les observateurs prévoyaient pour la finale de la compétition. Égypte-Cameroun, soit le remake de la finale de 2008. Tout simplement les vainqueurs de cinq des six dernières Coupe d’Afrique des Nations. Au total, 6 titres pour les Pharaons, 4 pour les Lions. Bref, les pedigrees vont être de sortie, ce lundi à 17h sur la pelouse de Benguela.

Les pedigrees, peut-être, mais les bleus de chauffe, c’est sûr. Les Lions Indomptables n’ont plus battu les Pharaons depuis 2002 (3 défaites, 2 nuls) et ce manque de réussite commence à agacer Samuel Eto’o. Le capitaine des Lions a prévenu: « C’est possible que demain Égypte nous gagne, mais avant de nous gagner, ils vont souffrir. Je vous le répète, le match de demain n’est pas un simple match… nous allons même s’il le faut, le jouer avec le sang… En tout cas, moi, Samuel Eto’o, je ne peux plus accepter perdre devant l’Égypte ». Le Lion est lâché.

Le Cameroun face à sa bête noire

Mais les Pharaons n’entendent pas lâcher leur titre comme ça. On l’annonçait vieillissante, cette équipe d’Égypte. Après tout, c’était quasiment le même groupe qui avait remporté les deux dernières campagnes d’Afrique et l’âge commençait à se faire sentir. L’Égypte de Essam al-Hadary (37 ans), Wael Gomaa (34 ans) ou Ahmed Hassan (34 ans), battue par l’Algérie dans la course à l’Afrique du Sud, a su répondre en champion. Elle reste sur quinze matches consécutifs sans défaite dans la compétition. Plus fort, elle reste la seule formation à avoir fait un carton plein en phase de poules, alors que les autres prétendants se prenaient les pieds dans le tapis.

Car l’Égypte, c’est une organisation, un sens du jeu collectif qui prévaut sur les talents individuels ; insuffisance qui a une nouvelle fois causé la perte de la Côte d’Ivoire, ce dimanche. Un collectif fort qui bonifierait les talents, c’est exactement ce que Paul Le Guen, le sélectionneur du Cameroun, aimerait apporter aux partenaires de Makoun et Chedjou. « Nous serons dangereux contre l’Egypte, a dit l’ex-patron du PSG, qui a bien fait comprendre que les précédents de 2005 et 2008 ne le concernaient pas. Notre fort caractère nous a fait revenir deux fois contre la Tunisie pour passer, parce que notre ambition est d’aller très loin en Angola. » Reste à voir si les Pharaons vont une nouvelle fois dresser les Lions.

Egypte-Cameroun en direct