Entre le Zamalek et la Fédération égyptienne (EFA), la guerre est déclarée ! Se plaignant des lourdes sanctions infligées suite aux incidents survenus en Supercoupe d’Egypte et de la cadence du calendrier, trop soutenue à son goût, le club présidé par le sulfureux Mortada Mansour a menacé de se retirer du championnat ce week-end, à la veille du derby du Caire programmé lundi contre Al Ahly en championnat.

Finalement, après avoir laissé planer le doute, les Chevaliers Blancs ont annoncé qu’ils disputeront bien la rencontre, mais avec une équipe composée uniquement de jeunes, à la manière de l’OM contre le PSG en 2006, en signe de mécontentement. Seulement voilà, malgré le report d’une heure du coup d’envoi en raison des conditions climatiques et de circulation, le bus transportant les jeunes pousses n’est pas arrivé à temps au Stade International du Caire, où seule l’équipe d’Al Ahly était présente. Comme stipulé par le règlement, l’arbitre lituanien du match, Gediminas Mazeika, a donc attendu 30 minutes par rapport à l’heure initiale du coup d’envoi avant de désigner Al Ahly vainqueur 2-0 par forfait.

Le Zamalek va-t-il mettre ses menaces à exécution ?

Du côté du Zamalek, officiellement, on affirme que les conditions de circulation n’ont pas permis de rejoindre le stade à temps. Mais personne n’est vraiment dupe et le président Mansour a lui-même entretenu le flou en déclarant : «Nous avons bien fait de ne pas jouer. J’ai évité les accrochages et un scénario catastrophe entre les joueurs (en référence aux incidents survenus en Supercoupe, ndlr)». Et de menacer : «Si on retire des points à mon équipe, je quitte définitivement l’Egypte.»

Ces menaces n’ont pas impressionné l’EFA. Dans la soirée de lundi, l’instance a affirmé, après vérification auprès des autorités, que les conditions de circulation étaient normales et ne pouvaient justifier l’absence du Zamalek dans les délais impartis. D’après le règlement, le club cairote, 3e du classement avec 17 points de retard sur le leader Al Ahly à mi-parcours, encourt 6 points de pénalité. De quoi présager de nouvelles annonces chocs de la part de Mansour…